email print share on facebook share on twitter share on google+

VISIONS DU RÉEL 2018

Visions du réel dévoile le programme de sa 49e édition

par 

- Sous sa nouvelle directrice Émilie Bujès, il festival de Nyon va explorer de nouveaux territoires (réels et imaginaires)

Visions du réel dévoile le programme de sa 49e édition
Genesis 2.0 de Christian Frei et Maxim Arbugaev

Le festival Visions du réel de Nyon, toujours engagé et tourné vers l'innovation, va présenter au cours de sa 49e édition (13-21 avril) 174 films provenant de 53 pays, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et les pays de l'Est, en particulier l'Ukraine et la Serbie, le pays  choisi cette année pour la section Focus.

Bien que la première édition à la direction du festival d'Émilie Bujès se situe dans la continuité du travail effectué pendant de nombreuses années par son prédécesseur Luciano Barisone, les sections du festival ont été légèrement remaniées. La grande nouveauté de l'année est la naissance de la section Burning Lights, qui ouvre le festival à l'expérimentation de nouveaux langages cinématographiques en mettant l'accent sur le lien indéfectible entre fiction et documentaire. Parmi les 16 films sélectionnés dans cette nouvelle section, on trouve les titres suisses A Bright Light - Karen and the Process [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
d'Emmanuelle Antille, sur la mystérieuse et mythique chanteuse Caren Dalton, et Les Soeurs [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de l'Américain installé en Suisse Peter Entell.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le cinéma européen est bien représenté en compétition internationale, par des titres qui seront présentés pour la plupart en avant-première mondiale. Au programme : les titres suisses Genesis 2.0 [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Christian Frei et Maxim Arbugaev (qui a fait son avant-première à Sundance) et Los fantasmas del Caribe [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Felipe Monroy (Suisse/Colombie/France), À l’infini [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Français Edmond Carrère, Almost Nothing [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Anna de Manincor
fiche film
]
de l'artiste italienne Anna de Manincor (Italie/France/Belgique), Stories of the Half-Light [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de son compatriote Luca Magi, Barstow, California de l'Allemand Rainer Komers, D is for Division [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Davis Simanis (Lettonie/République tchèque), Hombre en la llanura de Patricio Suarez (Espagne/Argentine), Island of the Hungry Ghosts [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Gabrielle Brady (Allemagne/Royaume-Uni/Australie/États-Unis), My Father is My Mother’s Brother [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de l’Ukranien Vadym Ilkov, Srbenka [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nebojša Slijepčević
fiche film
]
du Croate Nebojsa Slijepcevic, sans oublier l'Ours d'or de Berlin de l'année, Touch Me Not [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Adina Pintilie
fiche film
]
de la Roumaine Adina Pintilie.

Les dix films en lice pour le Prix du public de la section Grand Angle vont également faire voyager les festivaliers. On trouve parmi eux le film suédois Silvana [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Christina Tsiobanelis, Mika Gustafson et Olivia Kastebring, qui est le portrait d'une artiste de hip hop féministe, Golden Dawn Girls [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Havard Bustnes (Norvège/Danemark/Finlande), qui s'intéresse lui aussi à l'univers féminin, en particulier aux militantes d'extrême-droite, Over the Limit [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Marta Prus (Pologne/Finlande/Allemagne) et Time Trial [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de l'Anglais Finlay Pretsell, ces deux derniers titres étant dédiés à la face obscure du monde du sport. La liste des Européens à faire départager par le public est complétée par To Be Continued [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Letton Ivars Seleckis et Happy Winter [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de l'Italien Giovanni Totaro, deux films qui explorent les tragicomédies des sociétés dans lesquelles ils vivent. 

Enfin, la Française Claire Simon sera le "Maître du Réel" de cette 49e édition.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.