email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FINANCEMENTS France

L'avance pour Bruno Reidal de Vincent Le Port

par 

- Le CNC soutiendra aussi les premiers longs de Samir Guesmi, Brieuc Carnaille, Guillaume Bonnier et du duo Anne-Laure Daffis - Léo Marchand

L'avance pour Bruno Reidal de Vincent Le Port
Le réalisateur Vincent Le Port

Cinq projets de premiers longs métrages ont été retenus lors de la 1e session 2018 du premier collège de l'avance sur recettes du CNC. Parmi eux se distingue Bruno Reidal de Vincent Le Port (formé à La Fémis et très remarqué avec le court-métrage de 52 mn Le Gouffre, prix Jean Vigo 2016) dont le scénario a été inspiré par un fait divers meurtrier survenu en 1905 dans un petit village du Cantal. Bruno Reidal, un jeune séminariste de 17 ans, décapita un enfant de 12 ans avant de se livrer aux autorités. En prison, à la demande des médecins qui étudient son cas, il rédigea ses mémoires qui ont été retrouvées, accompagnées du rapport des professeurs, dans les Archives d’anthropologie criminelle de 1907. La production est pilotée par Capricci Films avec Stank (la société du cinéaste). 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Une avance sur recettes ira aussi à Ibrahim [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le premier long de réalisateur de l’acteur Samir Guesmi qui est déjà passé derrière la caméra pour le court métrage C’est dimanche ! (passé dans une trentaine de festivals et récompensé à de multiples reprises, notamment avec le prix du public de la compétition nationale à Clermont-Ferrand en 2008). La production sera assurée par Why Not.

Le CNC soutiendra également Le soleil de trop près de Brieuc Carnaille, produit par Vixens Films. Le scénario est centré sur Basile, trentenaire atteint de schizophrénie, qui sort de l'hôpital avec un objectif clair en tête : se réinsérer socialement pour offrir à Sarah, sa bienveillante soeur cadette, la vie dont il rêve pour elle. La détermination de Basile est bientôt rattrapée par la dureté du monde qui l'entoure et par la réalité de sa maladie, contre lesquelles la fratrie fusionnelle n'aura de cesse de lutter, avec humour, complicité et poésie.

Parmi les heureux élus de l’avance figure aussi Tout le monde m’appelle Mike de Guillaume Bonnier. L’intrigue a comme personnages principaux Thibault, Isotta et son fils qui sont partis à bord de leur bateau à voile. A Djibouti, ils rencontrent Mike et l’embarquent. Mais qui est-il ? Le projet est piloté par Spectre Productions.

Enfin, le CNC a sélectionné un projet de premier long d’animation avec Les voisins de mes voisins sont mes voisins (The Neighbours of My Neighbours are Neighbours of Mine) d’Anne-Laure Daffis et Léo Marchand, produit par Lardux Films et pitché tout récemment à Cartoon Movie. Présenté comme grand public mais non formaté, le film racontera les destins entremêlés de 10 vrais voisins ou voisins de voisins (dont un ogre, un magicien, un randonneur, un vieux monsieur, une mère et ses enfants, etc.) aux prises avec les drames, les plaisirs, les surprises et les hasards de la vie quotidienne.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy