email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Espagne / Argentine

Santi Amodeo tourne Yo, mi mujer y mi mujer muerta

par 

- Le réalisateur andalou se remet au travail, cinq ans après son dernier long-métrage, ¿Quién mató a Bambi?

Santi Amodeo tourne Yo, mi mujer y mi mujer muerta
Santi Amodeo et son équipe sur le tournage de Yo, mi mujer y mi mujer muerta

Yo, mi mujer y mi mujer muerta [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, scénarisé par Santi Amodeo avec Rafael Cobos (lauréat de deux Goya, pour La isla mínima [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alberto Rodríguez
fiche film
]
 et L'Homme aux mille visages [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alberto Rodríguez
fiche film
]
 d'Alberto Rodriguez, marque le retour derrière la caméra du réalisateur andalou, cinq ans après ¿Quién mató a Bambi? [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(2013). Amodeo va de nouveau proposer une comédie, dont il a tourné une partie sur quatre semaines, entre janvier et février, à Séville, Sotogrande (Cadix) et Marbella (Malaga), avec pour acteurs l'Argentin Oscar Martinez (Citoyen d'honneur [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), l'Espagnole née en Suède Ingrid Garcia Jonsson (La Belle Jeunesse [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jaime Rosales
fiche film
]
) et le Madrilène Carlos Areces (Balada triste [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Álex de la Iglesia
fiche film
]
). La fin du tournage est en cours, à Buenos Aires.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le réalisateur assure que Yo, mi mujer... sera un film dont on sort content, avec de la comédie et du drame, dans la lignée du cinéma de son collègue américain Alexander Payne, avec une trame simple mais des touches rocambolesques et surréalistes. Le personnage qu'on suit est Bernardo, un architecte et professeur d'université de 63 ans qui a refusé d'accomplir le voeu de sa défunte épouse espagnole, jugeant qu'il s'agissait d'un délire de la dernière heure. En effet, elle voulait que ses cendres soient dispersées sur la Costa del Sol, où elle était née et où elle allait toujours un mois par an, pour rendre visite à sa soeur.

Sauf qu'après un deuil doublé de paranoïa, on l'informe que des délinquants ont profané la tombe de sa femme. Après un moment de choc et une tentative de suicide avec un pistolet jouet, il décide de prendre l'avion et d'aller accomplir le souhait de feu sa femme. "C'est une histoire crépusculaire sur un professeur argent austère et traditionnel qui finit, malgré lui, par soulever le tapis sous lequel le passé avait été balayé", conclut Amodeo. 

Yo, mi mujer y mi mujer muerta, dont la troupe comprend également Manolo Solo, Joaquín Nuñez, Belén Ponce de León et Enrico Vecchi, est une coproduction entre AZ Films (Argentine) et Películas Grupo Tranquilo S.L. (Espagne), en collaboration avec Movistar +  et Canal Sur Televisión. Sur tout le continent américain, le film sera distribué par Buena Vista International. Ses ventes internationales sont gérées par Latido Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy