email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Royaume-Uni

Coup d'envoi du Festival BFI Flare de Londres

par 

- La 32e édition du festival LGBTQ+ va présenter entre le 21 mars et le 1er avril plus de 50 longs-métrages et de 90 courts

Coup d'envoi du Festival BFI Flare de Londres
My Days of Mercy de Tali Shalom Ezer

Le 32Festival LGBTQ+ BFI Flare de Londres (21 mars-1er avril) s'est ouvert sur la projection de My Days of Mercy [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Tali Shalom Ezer(Royaume-Uni/États-Unis), sur deux femmes (Ellen Page et Kate Mara) de milieux tout à fait différents, avec des opinions politiques à l'opposé l'une de l'autre, qui tombent amoureuses. La pièce maîtresse de l'événement sera la projection en avant-première mondiale du documentaire britannique A Deal With the Universe [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, de l'ancien programmateur du festival, Jason Barker. Le film, réalisé à partir de vidéos amateurs tournées sur une décennie, suit les tentatives de Jason, transsexuel, et de sa partenaire Tracey de concevoir un enfant. En clôture, le public découvrira en avant-première européenne Postcards from London [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 de Steve McLean, un récit dans l'esprit de ce que faisait Derek Jarman qui se passe à Soho et célébre l'homo-érotisme de l'art baroque, avec comme interprètes Harris Dickinson et Jonah Hauer-King.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

The programmateurs ont indiqué plusieurs thèmes qui ont émergé cette année. Il y a notamment plusieurs films sur et par des membres de la communauté LGBT sourds-muets ou handicapés, par exemple dans la section réservée aux courts-métrages “Combattants de démons, faiseurs de gâteaux", curatée par Sandra Alland. Le festival va aussi projeter 120 battements par minute [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Arnaud Valois
interview : Robin Campillo
fiche film
]
, de Robin Campillo, dans le cadre d'un gros plan sur la séropositivité et le SIDA qui comprendra aussi une allocution sur le "Cinéma du SIDA" par le programmateur Brian Robinson, qui reviendra sur 30 ans de films sur le virus (dont certains classiques du genre, qui figurent au programme). Un autre grand axe du programme est l'exploration des familles LGBTQ+, par exemple à travers le documentaire belge F.A.M.I.L.Y de Jessica Champeau, qui observe les enfants de couple du même sexe.

Parmi les autres moments clefs prévus au BFI Flare : la présentation de la saga de vestiaire de football suisse Mario [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Marcel Gisler, les avant-premières mondiales de Sidney & Friends de l'Écossais Tristan Aitchison, qui s'intéresse à la transsexualité au Kenya, et du sombre et dérangeant Uncle David 2 de Gary Reich, la projection de l'émouvant documentaire The 34th de Linda Cullen et Vanessa Gildea, sur la bataille pour le droit au mariage des couples de même sexe en Irlande, le documentaire Dear Fredy de Rubi Gat, sur un héroïque sportif juif et gay, Fredy Hirsch, qui a fini à Auschwitz, et la première projection britannique de The Happy Prince [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, avec et (pour la première fois) de Rupert Everett, sur les dernières années de la vie d'Oscar Wilde. 

Parmi le vaste éventail d'événements parallèles, d'allocutions et de débats proposés, on peut citer un cours de Gary Garb rendant hommage aux réalisateurs gays de l'âge d'or, le très populaire Big Gay Film Quiz, et “Radfem/Trans: A Love Story”, une activité dans le cadre de laquelle le programmateur Jay Bernard va diriger un programme de clips et parler des manières dont les divisions au sein du mouvement féministe ont été représentées sur le grand écran.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy