email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Italie / Belgique

Gabriele Mainetti tourne Freaks Out

par 

- Le réalisateur de Jeeg Robot prépare un film qui se passe à Rome en 1943, en pleine guerre. Avec Aurora Giovinazzo et Claudio Santamaria

Gabriele Mainetti tourne Freaks Out
Le réalisateur Gabriele Mainetti

Après l'extraordinaire succès de Jeeg Robot [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
interview : Gabriele Mainetti
fiche film
]
Gabriele Mainetti retourne derrière la caméra pour un deuxième long-métrage qui suscite naturellement beaucoup d'impatience, et que le réalisateur romain de 41 ans va tourner en 12 semaines entre la capitale italienne et la Calabre. L'histoire de Freaks Out se passe à Rome en 1943, en pleine Seconde Guerre mondiale. La Ville éternelle accueille le cirque où travaillent Matilde, Cencio, Fulvio et Mario, qui sont comme frères et soeur. Israel, le propriétaire du cirque et leur père putatif, tente d'organiser leur fuite à tous, à travers l'océan, mais il disparaît, et les quatre personnagages sont soudain complètement perdus. Sans personne pour les assister, et surtout sans le cirque, ils n'ont plus leur place dans la société et se sentent comme des phénomènes de foire dans une ville en guerre. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La troupe du film se compose d'Aurora Giovinazzo, Claudio Santamaria (qui tenait le premier rôle dans Jeeg Robot), Pietro Castellitto et Giancarlo Martini, ainsi que de Giorgio Tirabassi, Max Mazzotta et Franz Rogowski.Freaks Out est produit par Lucky Red et Goon Films avec Rai Cinema, en coproduction avec la société belge GapBusters. Le sujet original est de Nicola Guaglianone, le scénario de ce dernier et du réalisateur. Les musiques ont de nouveau été composées par Michele Braga et Mainetti.

Deux ans après le succès de Jeeg Robot, nous nous sommes mis à travailler avec Gabriele Mainetti, qui est également producteur, et avec Rai Cinema, pour poser les bases d'un film ambitieux et original", explique Andrea Occhipinti de Lucky Red. La société Goon Films de Mainetti a dévoilé ceci : "Il paraît que le deuxième long-métrage est plus difficile à faire, surtout quand le premier a bénéficié d'une réception positive. Il ne va pas être facile de satisfaire les attentes, la barre étant d'autant plus haute, mais comme pour le premier film, nous allons faire de notre mieux pour faire plus que ce que nous pouvons nous permettre de faire. Au final, nous allons adopter la même approche que pour Jeeg..., juste à une échelle plus grande".

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.