email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2018 Orizzonti

Critique : The Announcement

par 

- VENISE 2018 : Mahmut Fazıl Coşkun présente une comédie pince-sans-rire cinglante sur une tentative ratée de putsch en Turquie

Critique : The Announcement

Avec son troisième long-métrage, en lice à Venise dans la section Orizzonti, le réalisateur turc Mahmut Fazıl Coşkun s'annonce comme un cinéaste de très grand talent. Son film, The Announcement [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Mahmut Fazıl Coşkun
fiche film
]
, est d'une telle qualité qu'il le place à côté de maîtres de la comédie pince-sans-rire comme Roy Andersson, Aki Kaurismäki et les frères Coen.

C'est une accumulation de petits obstacles qui vont faire barrage au projet d'un groupe d'officiers de l'armée qui prévoient de lire à la radio, en direct d'une station d'Istanbul, une déclaration annonçant qu'un putsch est en cours à Ankara. On à affaire ici à une comédie qui prend son temps pour dévoiler ses cartes. Le film commence par un examen médical, dont on ne comprendra l'enjeu que plus tard dans le film. Du début à la fin, Coşkun montre qu'il maîtrise parfaitement l'art de moins en moins pratiqué de l'intrigue qui mijote longuement avant de payer de retour de manière inattendue, mariant brillamment pathos et comédie.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Après le prologue, on entre dans l'intrigue à proprement parler. Un chauffeur de taxi (Mehmet Yilmaz Ak) prend en course deux hommes, Reha (Ali Seckiner Alici) et Sinasi (Tarhan Karagoz), qui se jettent des coups d'oeil inquiets suggérant que quelque chose est en train de se passer. Quand ils retrouvent leurs amis Kemal (Murat Kilic), Nazif (Nazmi Kirik) et Rifat (Sencan Guleryuz), on comprend qu'ils vont participer à une tentative de coup d'État. Le réalisateur s'est inspiré pour cette histoire d'un coup d'État raté, survenu le 22 mai 1963, et il a imaginé en guise d'instigateurs un groupe d'hommes aux compétences aussi douteuses que celles des "Tueurs de dames" quand ils essaient de cambrioler la maison de la vieille Mrs Wilberforce à Kings Cross. 

Tout est réussi dans ce film, des décors formidables conçus par László Rajk (également responsable du travail de reconstitution impeccable sur lequel repose notamment le film de László Nemes en compétition, Sunset [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : László Nemes
fiche film
]
), qui accentuent le côté film noir de l'oeuvre, aux cadrages de Krum Rodriguez, qui espionne à travers les portières de charriots à pain, bien soutenu par l'usage du "troisième espace". Et Rifat en train de chanter l'hymne nord-coréen n'est qu'un des nombreux moments cocasses qui jalonnent le film et l'imprègnent d'humour.

En regardant le film, on cherche inévitablement des indices qui permettraient de comprendre dans quelle mesure cette histoire contient une théorie sur la tentative de putsch contre le gouvernement d'Erdogan, mais cette comédie merveilleuse est suffisamment ambiguë pour ouvrir le champ à de multiples interpretations. Ce qui est certain, c'est que cette production entre la Turquie et la Bulgarie ne laisse pas d'amuser le spectateur d'un bout à l'autre.

The Announcement a été produit par Filmotto Production en coproduction avec Chouchkov Brothers et BKM. Les ventes internationales du film sont assurées par Heretic Outreach.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.