email print share on facebook share on twitter share on google+

TORONTO 2018 Contemporary World Cinema

Critique : Stupid Young Heart

par 

- TORONTO 2018 : La Finlandaise Selma Vilhunen présente une histoire d'adolescents de belle facture pour aborder et l'aspect social des grossesses adolescentes, et a montée de l'extrême-droite en Europe

Critique : Stupid Young Heart
Jere Ristseppä et Rosa Honkonen dans Stupid Young Heart

La scénariste et réalisatrice Selma Vilhunen, qui exerce àHelsinki, s'est forgée une carrière dans la fiction et le documentaire. En 2012, son court-métrage Do I Have to Take Care of Everything? a été nominé aux Academy Awards. Quatre ans plus tard, son premier long-métrage, le récit d'apprentissage Little Wing [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, a fait son avant-première mondiale à Toronto, dans la section Discovery, et décroché le Prix de cinéma du Conseil nordique. Vilhunen est de retour à Toronto pour la 43e édition du festival avec son deuxième long-métrage, Stupid Young Heart [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, en lice dans la section the Contemporary World Cinema.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Lenni (Jere Ristseppä), 15 ans, est secrètement amoureux de Kiira (Rosa Honkonen), 16 ans, mais ils sont très différents : Lenni se fait malmener par ses camarades parce qu'il est petit et maigrelet alors que Kiira est très jolie et populaire. Étonnamment, ils vont passer une nuit ensemble, et bien qu'ils ne soient pas "officiellement" ensemble, Kiira lui annonce qu'elle est enceinte. Après une courte période de déliberation, ils conviennent de garder l'enfant. Comme ils ont tous deux été élevés par des mères célibataires, c'est aussi une manière de faire passer un message à leurs familles respectives, de plus en plus brisées. Dans le même temps, leur quartier, ouvrier et métissé, est en train de changer : l'ascension de l'extrême-droite est évidente. Tandis que Kiira mûrit et devient plus responsable du fait de sa grossesse, Lenni trouve un refuge et une figure paternelle de remplacement en la personne de Janne (Ville Haapasalo), le leader du parti d'extrême-droite local.

Stupid Young Heart porte bien son titre, qui renvoie aux égarements d'un jeune coeur amoureux. Tandis qu'on suit ces adolescents, qui entrent dans l'âge adulte comme du jour au lendemain, on voit bien que cette sortie de l'enfance est tragique, mais elle a ausi des aspects amusants. La subtile alchimie entre les deux acteurs principaux, débutants et non-professionnels, rend bien compte de leur sensibilité, leur maladresse et leur hésitation. Lenni et Kiira ont un lien bien plus fort que ne le trahissent les apparences, et ce lien est nécessaire s'ils veulent survivre dans ce monde qui change constamment et requiert qu'on s'adapte au fur et à mesure. L'engagement de Lenni dans un groupuscule d'extrême-droite fait partie de ce mécanisme d'adaptation et de maturation – il procède de l'absence d'un modèle paternel dans sa vie.

Pour ce film qui parle comme Little Wing de l'absence du père, Vilhunen a retrouvé sa co-scénariste sur son court-métrage nominé aux Oscars, Kirsikka Saari, dans l'idée de créer une histoire qui ait une plus vaste portée sociale. Hélas, en faisant une part plus large au commentaire socio-politique dirigé en particulier sur la montée de l'extrême-droite, notamment dans les pays nordiques, le film apparaît moins équilibré. Il arrive, certes, à toucher point part point les sujets d'actualité, mais l'histoire en souffre car elle ne respire pas et semble légèrement superficielle. Les actes de Lenni sont partiellement justifiés par son milieu d'origine, mais ce propos n'est pas davantage développé et le personnage manque de profondeur, ce qui lui donne un côté plus schématique que réaliste. Quant à l'idée de combiner dans une même intrigue grossesse juvénile et extrémisme, elle semble nouvelle au départ, mais son traitement s'avère assez conventionnel et la réalisatrice n'en profite par pour explorer davantage les thèmes qu'elle aborde.

Malgré ces manquements, Stupid Young Heart reste un film de belle facture, avec une photographie très dynamique par la chef-opératrice aguerrie Lisabi Fridel. Au-delà du point de vue critique plus austère, en tant que tableau léger des événements actuels, il devrait plaira à un vaste public, notamment aux jeunes.

Stupid Young Heart est une coproduction entre la Finlande, la Suède et les Pays-Bas. Le film a été produit par Elli Toivoniemi et Venla Hellstedt (de Tuffi Films, co-fondée avec Vilhunen et Saari), Annemiek van der Hell (Windmill Film) et Nima Yousefi (Hob AB). Les ventes internationales en sont assurées par la société finlandaise The Yellow Affair. En Finlande, Nordisk Film lancera Stupid Young Heart sur les écrans le 12 octobre.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.