email print share on facebook share on twitter share on google+

INDUSTRIE Europe

Quelle place pour les réalisatrices dans le cinéma européen ?

par 

- Tendances, budgets des films, pays plus ou moins vertueux : zoom sur les statistiques 2017 publiées et analysées par le Lab Femmes de Cinéma

Quelle place pour les réalisatrices dans le cinéma européen ?

En amorce des 1ères Assises sur la parité, l’égalité, et la diversité dans le cinéma (du 18 au 20 septembre à Paris, organisées par le collectif 50/50, Le deuxième regard, le CNC et le Ministère français de la Culture, avec entre autres intervenants les cinéastes Céline Sciamma, Rebecca Zlotowski, Marie Amachoukeli et Jacques Audiard, les productrices Carole Scotta et Caroline Bonmarchand, et la ministre Françoise Nyssen) et alors que le débat sur la présence des femmes dans les grands festivals internationaux a rebondi récemment à Venise (avec une seule femme cinéaste en compétition), le Lab Femmes de Cinéma a publié une actualisation de son étude annuelle (initiée en 2016 par Les Arcs Film Festival) sur la place des réalisatrices dans le cinéma européen.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

En 2017, sur 1462 longs métrages issus de 30 pays, la proportion de réalisatrices en Europe est de 21,7% (contre 20,4% en 2016). La Finlande est le pays le mieux classé avec 43,4% de films de réalisatrices, suivie de la Slovaquie (41,7%) des Pays-Bas (38,7%), de l’Autriche, du Danemark et de la Suède. Mais sur la période 2012-2017, c’est la Suède qui affiche le meilleur score (30,9%), suivie des Pays-Bas (30,4%), de l’Autriche (29,2%), de la Norvège, de l’Allemagne, de la Finlande et du Danemark.

En 2017, les pays dans lesquels le pourcentage de longs réalisés par des femmes sont les plus faibles sont la Slovénie (0% des 12 films produits), la Turquie (8,1% des 118 films produits), la Roumanie (8,7%/ 23 films), l’Espagne (10%/75 films), l’Italie (10,4%/103 films) et le Royaume-Uni (13,7%/106 films). Sur les six dernières années, les moins bons résultats sont enregistrés par la Lettonie (9,3%), la Turquie (10%), l’Italie (10,1%) et le Royaume-Uni (12,1%). Il faut d’ailleurs noter une forte différence entre les pays du Nord et du Sud de l’Europe (à l’exception du Royaume-Uni).

En 2017, la proportion de réalisatrices ayant réalisé un premier ou deuxième long est de 25,4%, indice d’une tendance favorable. Néanmoins il faut souligner que si 50% des diplômés des écoles de cinéma sont des femmes, elles ne réalisent qu’un tiers des courts métrages et que la proportion de réalisatrices ayant réalisé leur troisième long ou plus tombe à 17,8%. Par ailleurs, pour un budget moyen 3,06 M€ (calculé à partir de la production de cinq pays dans de bonnes positions concernant la proportion de réalisatrices : Belgique wallonne, Finlande, Pays-Bas, Danemark et Autriche), les réalisateurs se voient confier en moyenne des budgets de 3,75 M€ contre 1,8 M€ pour les réalisatrices.

Afin de lutter contre cette inégalité de traitement d’une industrie donnant moins de chance aux femmes qu’aux hommes, certains pays se montre plus volontaristes que d’autres, le plus vertueux étant la Suède où la proportion de films de réalisatrices est passée de 16,7% en 2012 à 36,1% en 2017 grâce à des politiques régulatrices (parités, quotas). Elle est suivie de près par la Norvège. Viennent ensuite les pays aux bons résultats mais à la prise de conscience tardive (Europe francophone et germanophone), les pays aux changements lents et durables où les réalisatrices sont en augmentation mais sont aussi très représentées parmi les anciennes générations (Danemark, Pays-Bas, Autriche, Irlande) et les pays en stagnation (Finlande, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie).

A noter que de nombreux pays de l’Est n’ont pas encore établi de mesures au niveau institutionnel en faveur des femmes cinéastes et que certains pays du Sud (Espagne, Portugal, Italie) ou le Royaume-Uni, qui ont plutôt des proportions de réalisatrices basses, ont récemment mis en place des politiques faisant preuve d’une véritable volonté de changement. Enfin, l’exigence de parité dans les comités, chargés notamment d’examiner les dossiers et de répartir les aides financières notamment, est une mesure qui concerne presque un tiers des pays (Espagne, Pologne, France, Belgique, Autriche, Allemagne, Suisse, Portugal).

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.