email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

TORONTO 2018 Platform

Critique : Out of Blue

par 

- TORONTO 2018 : La réalisatrice britannique Carol Morley adapte Train de nuit de Martin Amis, pour un résultat moyen

Critique : Out of Blue
Patricia Clarkson dans Out of Blue

Carol Morley propose un polar procédurier qui donne l'impression d'être passé par un trou noir pour atterrir sur Terre plus de 40 ans après que le succès des thrillers existentiels de Nicolas Roeg et des anti-héros brisés de Paul Schrader au box-office. Out of Blue [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, présenté dans la section Platform du Festival international de Toronto, est un film à l'atmosphère lourde qui ne met pas longtemps à révéler que l'intérêt est ici moins l'enquête sur la mort de l'astro-physicienne Jennifer Rockwell (Mamie Gummer) que le combat intérieur de la policière qui la mène, Mike Hoolihan (Patricia Clarkson).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Quel est le moteur de l'auto-destruction quand on est né d'un trou noir ? Voici une des nombreuses questions que pose la réalisatrice dans cette adaptation de Train de nuit de Martin Amis. Comme c'est un de ses rares romans qui comportent des personnages féminins forts, on comprend facilement que Morley ait été attirée par l'oeuvre, d'autant plus que les motifs du suicide et de la mort mystérieuse étaient déjà centraux dans ses deux films précédents, l'histoire de lycéennes The Falling [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Carol Morley
fiche film
]
 et le bouleversant documentaire Dreams of a Life [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
. Hélas pour elle, les mêmes problèmes qui font de ce livre un Amis mineur affectent également ce troisième long-métrage de Morley. Bien qu'elle ait été assez avisée pour reformuler certains aspects du roman, le résultat reste laborieux.

Clarkson joue ici un personnage instable, impénétrable y compris pour elle-même, une nihiliste qui a arrêté de boire, jusqu'à ce que les circonstances l'amènent à reprendre. Elle n'a pas envie de faire d'instrospection, et c'est précisément pour cela qu'elle excelle à enquêter sur les autres. Au début, elle soupçonne le petit ami de l'astrophysicienne, Duncan Reynolds (Jonathan Majors), et sa collègue Dr Ian Strammi (Toby Jones), mais ses recherches la conduisent ensuite à s'intéresser à la famille de la défunte : son père le Colonel Tom (James Caan), sa mum Mariam (Jacki Weaver) et ses frères, deux jumeaux  (Todd et Brad Mann). On s'aperçoit plus tard encore que l'affaire a un lien avec les meurtres d'un tueur en série inactif depuis plusieurs décennies. Les choses continuent de se compliquer tandis que Morley essaie d'établir des liens entre tout cela sans en percer le mystère. L'aspect forcé de ces circonvolutions de l'intrigue est exacerné par les dialogues maladroits qui accompagne chaque progrès de Mike dans son enquête. Le retour continuel, au long du film, des théories de Rockwell sur les trous noirs, et les graphiques sur l'espace qui les accompagnent, enrichissent l'intrigue, mais qu'est-ce que cela signifie vraiment ? Amis n'a pas trouvé les réponses dans son roman, et Morley non plus dans ce film noir abstrait que même Clarkson, généralement excellente, n'arrive pas à sauver.

Out of Blue a été produit par Luc RoegCairo Cannon et Maggie Monteith pour le BFIBBC Films, Electric Shadow CompanyIndependentCannon and Morley Productions et Dignity, en association avec Lipsync Productions, Wellcome et Ellenglaze.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.