email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS Hongrie

Critique : X - The eXploited

par 

- Le cinéaste hongrois Károly Ujj Mészáros revient avec un thriller sombre, aux visées spectaculaires et aux contours idéologiques troubles, sur le poids du passé

Critique : X - The eXploited

Quant à l’arrière-plan d’une séquence de course-poursuite dans les rues de Budapest, on aperçoit un cinéma arborant les affiches de Flic ou Voyou de Georges Lautner (avec Jean-Paul Belmondo) et de Blow Up de Michelangelo Antonioni, on peut se faire une petite idée des intentions de Károly Ujj Mészáros pour X - The eXploited [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, son second long après le remarqué Liza, The Fox-Fairy [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Karoly Ujj Mészáros
fiche film
]
. Lancé le 1er novembre dans les salles hongroises par InterCom, le film navigue en effet entre une enquête policière à tiroirs dans une ambiance délétère à la Seven, sur fond de lourds et ambigus secrets politico-réalistes, et un pur film de genre avec ses archétypes (femme flic traumatisée, hiérarchie bornée, équipier loyal, meurtres en série masquant d’autres enjeux, etc.) à travers lesquel le cinéaste cherche davantage à démontrer sa maîtrise formelle du style américain qu’à opérer dans la nuance. Un patchwork dont il ressort une surabondance emphatique et des messages relativement équivoques qui ne manquent pas néanmoins d’intérêt, tant pour le potentiel évident du réalisateur en termes de mise en scène que pour son approche idéologique (beaucoup moins caricaturale qu’il ne semble au premier abord) des influences souterraines de l’avant 1989 sur une société contemporaine au bord du collapsus.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Souffrant d’attaques de panique depuis le suicide 15 ans auparavant de son mari qui était inspecteur de police comme elle, Eva (Mónika Balsai) refuse de se déplacer sur les scènes de crime. Mais son examen méticuleux des photos de trois décès classés comme des suicides la met bientôt, avec son collègue Peter (Zoltán Schmied), sur la trace de ce qui semble être un serial killer opérant dans une Budapest en pleine guérilla urbaine. "Trahison de l’intelligentsia", "corruption", "exploitation du pouvoir politique pour gagner de l’influence économique", "xénophobie ; incitation à des sentiments négatifs à l’encontre des juifs et des tziganes", "délocalisations et privatisations nocives", "garder le pouvoir politique par la violence" : des messages cachés sur les lieux des meurtres orientent l’enquête vers un activiste radical. Mais pendant ce temps, un homme tente de survivre à une agression dans sa luxueuse villa et lorsqu’Eva fera le lien entre les différentes affaires émergera un tout autre (et encore plus dangereux) panorama plongeant ses racines dans la face obscure d’avant 1989, des racines connectées à certaines hautes sphères politiques nationales d’aujourd’hui…

Construit sur le sujet de la nécessité de faire la lumière sur le passé et d’affronter ses peurs, X - The eXploited dresse un portrait particulièrement sombre d’une époque gangrenée et écrasante au bord de la guerre civile. Déployant son intrigue policière plutôt classique, le film ne fait pas dans la demi-mesure, au risque de la boursouflure ou de l’esbroufe, appuyant très fort sur chaque séquence, aussi bien visuellement (notamment avec ses plans la tête en bas de l’urbanisation extrême) que sur la caractérisation des personnages. Mais cet évident trop-plein ne nuit pas à l’efficacité brutale du récit et offre un aperçu assez saisissant des possibilités d’un cinéaste qui doit encore apprendre à canaliser son talent et épurer son style. 

Produit par FocusFox Studio, X - The eXploited est vendu par HNFF World Sales.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy