email print share on facebook share on twitter share on google+

FILMS Royaume-Uni

Critique : They Shall Not Grow Old

par 

- Dans son nouveau film, Peter Jackson injecte une vitalité extraordinaire dans des images d'archives sur les soldats du front ouest pendant la Première Guerre mondiale

Critique : They Shall Not Grow Old

À l'occasion du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, le réalisateur du Seigneur des anneaux, Peter Jackson, a pris des images datant de la guerre qui étaient stockées au Musée des guerres impériales de Londres et les a mélangées avec des interviews menées avec des soldats par la BBC et ledit musée pour faire They Shall Not Grow Old [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, un des meilleurs documentaire sur la Grande Guerre qui ait été fait à ce jour. C'est un drôle d'animal cinématographique que ce film : un classique instantané. Il est sorti aujourd'hui dans les cinémas britanniques.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les premières images sont des films en noir et blanc qui montrent le front Ouest. Les petites images carrées qui apparaissent au milieu de l'écran ont été nettoyées et on est impressionné par leur qualité mais on voit aussi les problèmes du vieux film : les hommes marchent de manière saccadée, et le travail de cadrage et de caméra sont limités. Vient ensuite la "pièce de résistance" : l'image est agrandie et rempli à présent tout l'écran et le noir et blanc cède laisse la place à la couleur. Les hommes cessent d'être de frêles figures du passé et deviennent de vrais personnes vivantes et vibrantes. Ce qui choque encore plus, c'est le fait que le traitement de l'image souligne combien les tranchées sont un milieu hostile. La réalité du front apparaît dans tous ses détails les plus terrifiants, avec ses rats, ses inondations et les morts empalés sur des barbelés. La colorisation donne encore l'impression d'être en présence d'un passé ancien, mais elle amène la Grande Guerre dans notre présent d'une manière qui témoigne non seulement du pouvoir de l'image audiovisuelle, mais lance à tous les réalisateurs du monde le défi de faire bonne usage de cette technique développée par Jackson et son équipe de production pour traiter ce matériel d'archives très vieux.

Le plupart des images recueillies pendant la Première Guerre mondiale étaient primitives, avec des vitesses allant de 10 à 16 images par seconde. Par ailleurs, les archives se sont beaucoup détériorées. Jackson a pris 100 heures de film et les a mélangées avec 600 heures d'audio, faisant correspondre les mouvements des lèvres des soldats avec le son. Il a aussi converti les images de manière à ce qu'elles défilent au rythme de 25 par seconde, de manière à ce qu'on voit les hommes évoluer à une vitesse qui nous paraît réaliste. Certaines images ont également été converties en 3D. La voix off donne des indications sur l'état d'esprit des hommes, de leur engagement et leur entraînement à la réalité de la vie sur le front puis à la brutalité du retour chez eux. Jackson a utilisé des lettres et des journaux intimes pour donner aux récits ce degré de réalité, pour qu'ils se fassent au présent. Ce sont des histoires humaines.

En 1916, le documentaire La Bataille de la Somme, dont on sait maintenant qu'une grande partie était fausse, a choqué le public britannique. They Shall Not Grow Old devrait générer des sentiments similaires. Même si le récit se limite au front Ouest et omet une grande partie de l'héroïsme qui s'est exprimé pendant la Première Guerre mondiale chez des soldats du monde entier – une limite qui remet en cause la manière dont l'histoire est re-racontée, et souvent passée à la machine –, cet inconvénient n'enlève rien à l'accomplissement technique remarquable que ce travail bouleversant représente.

They Shall Not Grow Old est une commande de 14-18 NOW et Imperial War Museums en association la BBC. Le film a été produit par la société néo-zélandaise WingNut Films, avec à la production déléguée la maison britannique House Productions. Warner Bros Entertainment l'a lancé sur les écrans d'Outre-Manche et se charge également des ventes internationales du film.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.