email print share on facebook share on twitter share on google+

FILMS Finlande

Critique : The Ragged Life of Juice Leskinen

par 

- Ce formidable film biographique par Teppo Airaksinen, qui va bientôt sortir sur les écrans finlandais, troque les clichés contre des répliques détonnantes

Critique : The Ragged Life of Juice Leskinen
Riku Nieminen (à droite) dans The Ragged Life of Juice Leskinen

The Ragged Life of Juice Leskinen [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, un titre mélancolique, à l'humour dérangeant, par le Finlandais Teppo Airaksinen, n'est pas tout à fait ce qu'il semble être à première vue. Bien que ce film, qui va sortir dans son pays à Noël, se concentre sur le musicien et auteur du titre (décédé en 2006), on n'assiste pas ici à une série de moments de gloire bien mérités et des scènes familières articulés autour d'un événement capital pour un personnage qui a tout juste le temps de réfléchir un peu sur le passé – de préférence dans l'ordre chronologique, histoire que personne ne s'emmèle les pinceaux. Au contraire, le film parvient à éviter presque tous les clichés que parodiait avec affection Walk Hard: The Dewey Cox Story, avec John C. Reilly. Et là où Dewey Cox avait besoin de "penser à sa vie entière avant de jouer", Juice Leskinen n'en a tout simplement rien à faire. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Après une enfance marquée par plusieurs deuils et scandée par des enterrements (au moins dans le film) et la consommation régulière de ce qui semble bien être exactement la même soupe, comme le réalisateur l'a confié à Cineuropa (lire l'article), le “Bob Dylan de Finlande” s'est fait connaître pour plus que ses chansons. "On parlait toujours de ses 'larmes de clown'", dit Airaksinen, et cela fonctionne très bien pour le film : Juice, joué à la perfection (c'est-à-dire de manière parfaitement désagréable) par Riku Nieminen, n'amuse que par nécessité : on le voit blaguer d'un lit d'hôpital, et ses paroles chargées d'érotisme, souvent très drôles, ne font que cacher les défauts de sa voix et son manque de technique. Pas étonnant que le scénario, fondé sur la biographie d'Antti Heikkinen et composé avec beaucoup d'intuition par Antti Heikki Pesonen (Headfirst [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), crépite de répliques inénarrables, aussi délectables qu'impubliables (pour la plupart), par exemple quand Juice dit de L'Internationale que “c'est la chanson la plus sexy qui soit, toutes les queues se dressent quand on l'entend".

Bien qu'on n'échappe pas à quelques flashbacks, à une perruque, ça et là, et à un nombre tout à fait saisissant de gros plans sur de la nourriture qu'on est en train de faire bouillir, frire ou sauter à la poêle, le niveau de subtilité du film est totalement impressionnant. En se concentrant sur une assez courte période de temps et en s'affranchissant de la lettre des faits, le film se présente comme un travail très humble, où les événements les plus capitaux surviennent souvent hors écran, reflétés sur le visage pétrifié d'un enfant par exemple, ce qui permet en fait de combler les vides mieux qu'aucune gesticulation du-genre-qui-gagne-des-prix ne saurait le faire.

Les images, superbement tournées sur pellicule par Aarne Tapola (qui avait déjà collaboré avec Airaksinen sur son court-métrage encensé The Ceiling), montre les aspirants musiciens de Coitus Int. (oui, c'est leur vrai nom) qui jouent non pas dans des stades, mais dans un petit appartement, entre deux séances de caresses au chat qui vit là, et quand ils entendent enfin leur première chanson à la radio, le monde ne s'arrête pas pour autant de tourner. Cela dit, avec un héros qui retire soudainement son dentier à tout bout de champ, y compris lors d'un premier rendez-vous, et invente le tube qui les fait connaître (“Marilyn”, en 1974) aux toilettes, cette absence d'affectation ne surprend guère. "Avant, je pouvais porter un seau sur mon sexe en érection, mais là, mes genoux me lâchent", dit à un moment, comme si de rien n'était, le Juice de Nieminen, ce qui contient bien l'esprit de tout le film. On peut rire en le voyant, mais parfois, il pique un peu. 

The Ragged Life of Juice Leskinen a été produit par Marko Talli pour Yellow Film & TV, avec le soutien de la Fondation du film de Finlande. Le film est distribué par SF Studios Oy.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.