email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SOLEURE 2019

Les Journées de Soleure dévoilent un riche programme

par 

- Les films sélectionnés pour la 54e édition du festival s'interrogent tous sur le sens de la vie et la spiritualité : des thèmes universels qui ne laissent pas de fasciner

Les Journées de Soleure dévoilent un riche programme
Tscharniblues II d'Aron Nick

La prochaine édition des Journées de Soleure (24-31 janvier 2019) va proposer cette année 165 films suisses, courts et longs-métrages, dont 18 premiers films et 30 titres provenant des quatre coins de la Suisse qui feront là leur avant-première. Les Journées de Soleure se sont imposées comme la grande vitrine où voir le meilleur du cinéma helvétique, et une occasion unique de découvrir de nouveaux réalisateurs comme de redécouvrir des auteurs déjà confirmés. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les thèmes du sens de la vie et de la spiritualité seront le fil conducteur de la prochaine édition du festival. Que ce soit à travers des récits personnels, des portraits de personnages aux personnalités intrigantes ou des analyses sociales ou territoriales, les réalisateurs invités cette année à Soleure interrogent notre présent en observant d'un regard critique les utopies modernes. 

Le film d'ouverture de la compétition sera Tscharniblues II du jeune Aron Nick. Cinq autres documentaires sont en lice pour le prestigieux Prix de Soleure : le puissant road movie The Journey – A Story of Love [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 de Fanny Bräuning, Alexia, Kevin & Romain [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, un premier long-métrage par Adrien Bordone, Digitalkarma [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 de Mark Olexa et Francesca Scalisi, Fair Traders [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 de Nino Jacusso et Eisenberg - Art Must Be Beautiful, as the Frog Says to the Fly [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, de Hercli Bundi. Du côté des fictions, deux premiers films sont au programme : Pearl [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Elsa Amiel
fiche film
]
d'Elsa Amiel et Der Büezer [+lire aussi :
critique
fiche film
]
, de Hans Kaufmann. Il faut mentionner aussi Family Practice [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 de Jeshua Dreyfus, qui sera projeté en avant-première mondiale.

Parmi les candidats au Prix du public figurent le documentaire Architecture of Infinity [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Christoph Schaub, Zwingli [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Stefan Haupt, Gateways to New York de Martin Witz, Ly-Ling und Herr Urgesi de Giancarlo Moos, le touchant Insulaire [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Stéphane Göel, Le Vent tourne [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Bettina Oberli
fiche film
]
de Bettina Oberli (qui a fait son avant-première mondiale à Locarno cet été), le surprenant premier long-métrage d'Antoine Russbach Ceux qui travaillent [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Antoine Russbach
fiche film
]
, Sashinka de la réalisatrice suisso-canadienne Kristina Wagenbauer, My Little One du duo genevois Frédéric Choffat-Julie Gilbert, Les Dames de Stéphanie Chuat et Véronique Reymond, la comédie Cloud Whispers de Kerstin Polte et Bêtes blondes [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Maxime Matray et Alexia Wa…
fiche film
]
d'Alexia Walther et Maxime Matray, qui a obtenu un franc succès à la Mostra de Venise, dans la section Semaine internationale de la critique.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.