email print share on facebook share on twitter share on google+

LES ARCS 2018

Critique : The Raft

par 

- Le Suédois Marcus Lindeen signe un documentaire passionnant sur une expérience scientifique d’étude de la violence menée en vase clos et en pleine mer en 1973

Critique : The Raft

"Tout a commencé par un détournement d’avion en novembre 1972. (…) C’était trop beau pour être vrai ! Imaginez l’ironie : moi, un scientifique qui avait étudié la violence pendant toute ma carrière, au milieu d’un tel drame ! Toute ma vie, j’avais voulu savoir pourquoi les gens se battent, vraiment comprendre ce qui se passe dans nos esprits (…) Quand la prise d’otages a pris fin, j’ai réalisé que si je pouvais créer une situation similaire, ce serait le laboratoire idéal pour étudier le comportement humain. Mais comment isoler un groupe de gens et les exposer au danger ? Alors j’ai eu l’idée". Cette intuition, le chercheur Santiago Genovés l’a matérialisée en une étonnante expérience sur laquelle revient le fascinant documentaire The Raft [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Marcus Lindeen
fiche film
]
du Suédois Marcus Lindeen, vainqueur cette année au festival CPH:DOX de Copenhague et projeté au programme Hauteur du 10e Les Arcs Film Festival

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Las Palmas, 11 mai 1973 : six femmes et cinq hommes s’embarquent pour une traversée de l’Atlantique jusqu’au Mexique, en trois mois, à bord de l’Acali, un radeau d’acier de 12 mètres sur 7, sans moteur. Accompagnés par Genovés, les dix volontaires ont recrutés par petites annonces ("pour créer des tensions dans le groupe, j’avais choisi des hommes et des femmes de nationalités, religions et origines sociales différentes : un microcosme du monde"). De la Suédoise Maria (la première femme au monde à avoir un brevet de commandement maritime) aux Françaises Servane (plongeuse sous-marine) et Rachida, en passant par l’Israélienne Edna (médecin du bord), l’Afro-américaine Fé et sa compatriote Mary, le photographe Japonais Esuke, le prêtre catholique angolais Bernardo, l’anthropologiste uruguayen Jose-Maria et le Grec Charles (propriétaire d’un restaurant à Cambridge), tous ont été soumis précédemment à des tests médicaux, physiques et psychologiques, très poussés ("Que ferais-tu si on te menace ? Tuerais-tu quelqu’un ? Qu’est-ce qui te pousserait à tuer quelqu’un ?"). 

L’ambition du chercheur est immense : "nous savons que l’agression peut être déclenchée en mettant différentes sortes de rats dans un espace limité. Je veux découvrir si c’est la même chose pour les humains. La violence est-elle quelque chose qui remonte à l’origine ou quelque chose qu’on apprend ? Un groupe isolé sur un radeau va-t-il coopérer pour survivre ou la situation génèrera-t-elle des conflits et les fera-t-elle se battre les uns contre les autres ?" Dans ce but, Genovés a mis en place plusieurs stratagèmes. D’abord "donner le pouvoir aux femmes en laissant aux hommes les activités les moins importantes. Je me demandais si cela conduirait à moins de violence ou s’il y en aurait davantage. Les hommes deviendraient-ils frustrés avec les femmes aux commandes et tenteraient-ils progressivement de leur reprendre le pouvoir ?" Ensuite, comme "les études sur les singes ont montré qu’il y a une connexion entre la violence et la sexualité, la majorité des conflits entre les mâles étant liés à l’accès aux femelles, pour vérifier si c’était aussi le cas avec les humains" le chercheur a "sélectionné des participants sexuellement attirants". Mais les 101 jours du voyage ne vont pas manquer de lui réserver des surprises… 

Utilisant très habilement un très riche mélange d’archives (les nombreuses vidéos et photos prises pendant l’expérience, quelques reportages TV, des sources audio) et les témoignages actuels de sept des "cobayes" réunis sur une maquette grandeur nature du radeau, The Raft se révèle un documentaire passionnant et toujours surprenant, en dépit d’une légère déperdition de tension dans son dernier tiers. 

Produit par le Suédois Erik Gandini (réalisateur de Videocracy [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) pour Fasad, The Raft sortira en France le 13 février via Urban Distribution et est vendu à l’international par Wide House.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.