email print share on facebook share on twitter share on google+

FILMS Italie

Critique : Attenti al gorilla

par 

- Cette comédie familiale de Luca Miniero fonctionne surtout grâce à la bonhommie du YouTuber Frank Matano

Critique : Attenti al gorilla

En 1986, le transgressif maestro Nagisa Ôshima tournait le buñuelien Max mon amour, qui raconte l'attirance compliquée entre une femme de la bonne bourgeaoise française (Charlotte Rampling) et un chimpanzé, sur un scénario de Jean-Claude Carrière. En 2015, c'est Catherine Deneuve qui a eu le coup de foudre pour un musculeux gorille dans Le Tout Nouveau Testament [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jaco van Dormael
fiche film
]
, de l'irrévérencieux Jaco Van Dormael. C'est à présent Luca Miniero qui met un primate à l'écran dans Attenti al gorilla [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, qui arrive sur les écrans italiens ce 10 janvier, distribué par Warner Bros, quoique le résultat soit bien loin de la satire corrosive et blasphématoire de son collègue belge. Le titre du film est emprunté à la chanson de Fabrizio De André, version italienne du Gare au gorille de Georges Brassens, où l'animal s'étant échappé de sa cage décide de perdre son pucelage avec un magistrat.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Il se passe quelque chose de similaire, l'iconoclasme en moins, dans le film du réalisateur napolitain, sauf qu'ici, la victime n'est pas un juge. Cette comédie familiale, tournée sur la côte amalfitaine, a pour héros un couple d'avocats en crise, Lorenzo et Emma (Frank Matano et Cristiana Capotondi), parents d'un petit garçon qui a cessé de parler et de deux jumelles intenables. On observe cette famille aux abois à travers le regard sage et lucide d'un gorille dont les réflexions ont été confiées à la voix de Claudio Bisio. Emma souhaite que Lorenzo signe les papiers du divorce pour pouvoir épouser Alfonso (Francesco Scianna), mais Lorenzo essaie de gagner du temps. Pour reconquérir sa famille, il gagne le procès intenté au zoo du coin, il est nommé tuteur et ramène chez lui un gorille. Comme s'occuper de la bête dans son appartement (vite transformé en jungle) n'est pas une mince entreprise, il est aidé par son voisin Jimmy  (Lillo Petrolo) et Concita (Diana Del Bufalo), une coiffeuse excentrique qui est associée dans son commerce avec l'avocat désargenté.

Luca Miniero, qui a beaucoup collaboré avec Paolo Genovese avant de signer seul plusieurs comédies à succès (notamment Sono tornato [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, sortie en février 2018), dit que ses coscénaristes Giulia Gianni et Gina Neri et lui se sont inspirés d'une décision judiciaire américaine qui a reconnu au gorille le statut de "personne non humaine" et de fait, comme l'affirme notre gorille philosophe : "Ce n'est pas l'homme qui descend du singe, mais le singe qui descend de l'homme"... Plus que sur la réflexion sur la famille, l'empathie qu'on peut sentir vis-à-vis des animaux au cinéma ou leur valeur thérapeutique, ce film, produit par Wildside avec Warner Bros. Italia, repose avant tout sur la sympathie qu'on a forcément pour Frank Matano, YouYuber et personnalité de la télévision dont la participation au jury de la quatrième saison de Italia's Got Talent a été confirmée. Quoiqu'il en soit, l'actrice costumée en singe pour le film n'a sans doute pas été maltraitée pendant le tournage.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.