email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLIN 2019 Compétition

Critique : The Kindness of Strangers

par 

- BERLIN 2019 : Ceux qui étaient impatients de retrouver Lone Scherfig réalisatrice de films d'auteur devraient être ravis, mais il faut se méfier de ce qu’on souhaite

Critique : The Kindness of Strangers
Zoe Kazan et Tahar Rahim dans The Kindness of Strangers

En 2001, la réalisatrice danoise Lone Scherfig a insufflé à Berlin un vent nouveau. Son film Dogme Italian for Beginners était une histoire chaleureuse et humaniste, drôle et noire à la fois, qui suivait des âmes perdues dans les banlieues endormies de Copenhague qui retrouvaient le chemin de la vie (et de l’amour) via un cours d’italien. Le casting de qualité de Scherfig et son scénario très juste lui avaient valu l’Ours d’argent, le prix de la critique et le prix du public et peu après, ce film avait été érigé en chef d’œuvre par Ingmar Bergman. Le premier travail de Scherfig en anglais, Wilbur Wants to Kill Himself [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, s'est avéré tout aussi brillant. Depuis elle s’est aventurée dans des productions internationales comme Une éducation [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, One Day et Their Finest [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lone Scherfig
fiche film
]
, toujours avec ce même style de réalisation remarquable et le même esprit positif goodtout en restant audacieux.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dix-huit ans après Italian..., la scénariste et réalisatrice Scherfig revient en compétition avec un titre où elle s'attaque à un autre décor : Manhattan, où un nouveau groupe d’âmes perdues en demande de conseils se retrouvent à la dérive dans le climat doux-amer de la Grosse Pomme. En effet, The Kindness of Strangers [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Lone Scherfig
fiche film
]
, le film d’ouverture du 69e Festival de Berlin (7-17 Février) est à bien des égards la version métropolitaine d'Italian for Beginners. C’est également le premier scénario que Scherfig écrit seule depuis.

Nos chers débutants en italien des banlieues danoises ne sont en effet pas bien loin des personnages de The Kindness.... Jeff, un gars sympathique mais stupide et malchanceux (Caleb Landry Jones), est la nouvelle incarnation de la boulangère maladroite interprétée par Annette Støvelbæk, et David Dencik aurait bien pu hériter du peignoir miteux, n'ayant pas vu une machine à laver depuis 2000, de Jesper Christensen, dans le rôle similaire d’un homme grincheux qui fume comme un sapeur. Timofey (Bill Nighy) est le restaurateur réticent et propriétaire du Winter Palace, géré par Marc (Tahar Rahim), un ancien détenu, bien intentionné mais malchanceux, et mal aidé par son ami avocat John Peter (Jay Baruchel). Cette foule de fanfarons amicale est rassemblée autour de Clara (Zoe Kazan), victime de violences domestiques, et Alice (Andrea Riseborough), une infirmière urgentiste doublée d'une spécialiste de la thérapie de groupe - comme dans le conte avec Blanche-Neige et sa marraine la bonne fée. Un ogre montre également sa tête : le séduisant Esben Smed, qui joue le mari abusif de Clara. Les deux garçons du couple (formidablement interprétés par Jack Fulton et Finlay Wojtak-Hissong) sont également affectés. La grande question qui se pose ici est : pourquoi les gens ne peuvent-ils pas être gentils ?

En résumé, ceux à qui Scherfig réalisatrice de films d'auteur (plutôt que Scherfig l’artisane) manquait s'y retrouveront, mais ils devraient aussi se méfier de ce qu’ils souhaitent : la dernière fois, la cinéaste danoise suivait les règles du Dogme, et forgeait une relation intime avec ses sujets. Sans ces contraintes, on se retrouve avec plus que ce qu'on souhaitait, notamment une bande originale constante à côté de laquelle celle d'Autant en emporte le vent semble assez lo-fi. Mais on peut aussi apprécier malgré tout le travail d’une cinéaste qui connait la différence entre la qualité et le kitsch, et parfois, pourquoi pas, se fait plaisir en mélangeant un peu les deux. Comme Bergman le faisait également de temps en temps.

The Kindness of Strangers est un titre danois, canadien, suédois, français et allemand, produit par HanWay Films, Ingenious Media, Apollo Media Inc et Entertainment One avec Film i Väst, Unlimited Stories, Nadcon Film, D'Artagnan SAS, Arte France Cinema, Creative Alliance et Strada Film production. Les ventes internationales du film sont gérées par HanWay Films.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.