email print share on facebook share on twitter share on google+

BERLIN 2019 Generation Kplus

Critique : Sune vs. Sune

par 

- BERLIN 2019 : Ce film de Jon Holmberg est une comédie légère qui n'éblouit pas par son originalité mais contient beaucoup de moments drôles ; il a été très bien reçu par le jeune public

Critique : Sune vs. Sune

Le scénariste et réalisateur suédois John Holmberg, plus connu dans son pays pour ses deux récentes séries TV Fallet and Swedish Dicks, a présenté son premier long-métrage,Sune vs. Sune [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, dans la section Generation KPlus du 69e Festival de Berlin. Le scénario, écrit par le réalisateur lui-même avec Daniela Mendel-Enk s’inspire de la série d’ouvrages très populaires d'Anders Jacobsson et Sören Olsson. L’histoire du film s’articule autour de Sune (Elis Gerdt), un garçon de 10 ans qui aime se lancer dans des batailles et aventures épiques et imaginaires avec son frère Håkan (Baxter Renman) et sa meilleure amie Sofie (Lily Wahlsteen). Toutefois, alors que les vacances d’été touchent à leur fin, Sune va devoir faire face à des difficultés totalement inattendues. En effet, un jeune garçon se prénommant également Sune (John Österlund), vient de rejoindre sa classe. Il arrive des États-Unis et vient d’emménager dans le village suédois avec sa mère. L’arrivée du nouveau Sune va bouleverser la vie de notre Sune. Il va progressivement perdre à la fois sa meilleure amie et la bonne renommée dont il jouissait auprès de ses camarades de classe et de ses professeurs.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La peur de ne pas être suffisamment bon, et les conséquences inattendues (et désagréables) que cette crainte peut entraîner, constituent le thème principal de cette comédie. Parallèlement, on voit également Rudolf, le père de Sune (Frederik Hallgren) et Karine, sa mère (Sissela Benn) vivre la même angoisse et agir de manière extrêmement immature, mais comique à la fois. Rudolf redoute de perdre le poste qu’il occupe au sein de l’administration fiscale suédoise après l’arrivée d’un nouveau chef. Karine, quant à elle, décide d’acheter une nouvelle voiture onéreuse, car elle craint de ne pas pouvoir rivaliser avec la mère du nouveau Sune et avec le train de vie opulent et enviable mené par cette dernière, tout au moins en apparence. Les acteurs (les adultes comme les jeunes) débordent ici de talent. Ils interprètent leur rôle d’une manière naturelle et toujours plaisante. La bonne complicité entre les acteurs s’accompagne d’un scénario solide, abondant en situations comiques, en seconds rôles peu ordinaires (notamment celui de Tobbe, le professeur de musique incarné par l’excentrique Sven Björklund) et en formidables incursions dans l’univers du fantastique. Le film débute en effet par une scène empruntée au monde imaginaire de Sune : les spectateurs voient trois chevaliers traverser une forêt épaisse et s’arrêter à la vue d’un camp ennemi. Ils retirent leur casque et révèlent alors leur identité : les chevaliers se prénomment Sune, Sofie et Håkan. Dans ce film, l’interprétation de Sune (le premier Sune) par Elis Gerdt, acteur novice, s’avère époustouflante. Il véhicule d’une manière très remarquable le cheminement de son personnage vers la maturité : son personnage,  finalement forcé d’accepter son "ennemi juré", va aussi assumer la responsabilité de ses actes.

Le rythme de la narration est rapide et plaisant, et même si le film n’éblouit pas par son originalité (il a recours à quelques clichés empruntés aux comédies pour enfants, comme The Little Rascals de Penelope Spheeris, de 1994), c'est dans l'ensemble un bon travail qui fait vivre aux jeunes spectateurs un moment léger et divertissant. 

Sune vs. Sune a été produit par Unlimited Stories en coproduction avec Film i VästNordisk Film (Danemark), la chaîne publique SVT et Nuovago Capital, avec le soutien de l'Institut suédois du cinéma. Les ventes internationales du film sont gérées par la société munichoise Global Screen.

(Traduit de l'anglais par Delphine Tomlins)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.