email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

THESSALONIQUE DOCUMENTAIRES 2019

Critique : Maiden

par 

- Le nouveau film d'Alex Holmes est un documentaire classique cumulant têtes parlantes et images d'archives, mais il raconte une histoire très intéressante et importante dont on ressort inspiré

Critique : Maiden

Le nouveau film du Britannique Alex Holmes (Paula, House of Saddam), Maiden [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, qui a fait son avant-première mondiale à Toronto et vient de faire la clôture du Festival du documentaire de Thessalonique tout en arrivant dans les salles dans son pays d'origine, raconte l'histoire épique, presque incroyable et tout à fait galvanisante de Tracy Edwards, la toute première skippeuse qui a participé, avec un équipage entièrement féminin, à la Whitbread Round the World, en 1989.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
LIM Internal

Le film s'ouvre, de manière dramatique, sur des images de la mer secouée par la tempête, accompagnées par la voix d'Edwards qui dit : "L'océan essayait simplement de te tuer". Cette scène est suivie d'une présentation de la navigatrice et de son milieu d'origine (sa mère était danseuse et pilote de rally et son père designer de haut-parleurs), qui donne au public une idée sur l'extraction de cette femme impavide.

En 1985, elle a participé à la Whitbread avec l'équipage britannique qui a fini par la gagner, mais elle n'était que cuisinière à bord. Bien sûr, à l'époque, avoir une femme sur le bateau sortait déjà de l'ordinaire (et la formulation est gentille !). "J'étais traitée comme une servante. Je ne voulait rien plus qu'appartenir à cette équipage", dit Edwards, qui a à présent 57 ans, dans une des nombreuses interviews du film. L'expérience lui a donné envie de prouver que les femmes peuvent être aussi bonnes que les hommes en navigation, et elle s'est mise à assembler le tout premier équipage entièrement féminin pour se lancer dans cette course autour du monde très difficile qui dure huit mois. 

La première moitié du film détaille les nombreux obstacles que ces femmes de mer ont dû surmonter : c'est un sport très onéreux, pour commencer, et il leur a fallu trouver 1 million de livres sterling juste pour pouvoir s'inscrire, mais le plus dur, c'était d'affronter une communauté complètement masculine, à une époque dominée par le sexisme. On leur a ri au nez en public et on s'est moqué d'elles dans la presse – notamment le journaliste Bob Fisher de The Guardian (également interviewé dans le film), qui les a appelées, avec leur bateau, des "greluches dans une boîte de conserve". 

Sponsorisées par l'ami improbable d'Edwards, le roi Hussein de Jordanie, la skippeuse et son équipage de 12 membres sont parvenues à obtenir des financements et un bateau qu'elles ont baptisé Maiden, à bord duquel elles se sont lancées dans la course épique. Et elles sont parvenues non seulement à finir, contre toute attente, mais aussi à réaliser un résultat impressionnant. 

Le film se compose d'interviews avec Edwards, son équipage, ses concurrents et des gens de l'époque, ainsi que de beaucoup d'images d'archives, ce qui en fait un film assez standard sur le plan de la forme, mais immensément captivant. La musique orchestrale conçue par Rob Manning et Samuel Sim contribue toujours à l'humeur du moment tandis que le film progresse (peut-être trop) et va de la douceur au suspense en passant par des moments dramatiques, ou carrément épiques. Le contraste visuel dynamique entre les vieux matériels d'archives, avec leur grain et leur aspect flou, et le format net est très coloré des interviews réalisées dans le présent souligne la résonnance que cette histoire a encore aujourd'hui, eût égard à ses implications sociales plus larges. 

Maiden a été produit par New Black Films (Royaume-Uni). Les ventes internationales du film sont assurées par la société londonienne Dogwoof, qui s'occupe aussi de sa distribution outre-Manche.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.