email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS / CRITIQUES

Critique : My Grandpa Is an Alien

par 

- Cette coproduction réunissant sept pays est un film de science-fiction pour enfants bien fait imprégné par l'esprit d'Amblin, avec une touche de cyberpunk

Critique : My Grandpa Is an Alien
Lana Hranjec dans My Grandpa Is an Alien

Les co-réalisateurs de My Grandpa Is an Alien, les Croates Dražen Žarković et Marina Andree Škop,s'y entendent un peu en cinéma pour enfants : le premier a fait The Mysterious Boy, le deuxième volet de la saga blockbuster locale Koko [+lire aussi :
critique
fiche film
]
; la seconde a produit et réalisé une petite poignée de documentaires et courts dirigés vers les enfants. Leur film est sorti la semaine dernière dans deux de ses sept pays de production, la Croatie et la Bosnie-Herzégovine, et il arrivera en Slovénie en mai, en Slovaquie en juin, puis en République tchèque, en Norvège et au Luxembourg cet automne.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L'ouverture du film est du pur style Amblin Entertainment, et cet esprit, qui allie bon coeur et message chaleureux et humaniste, est maintenu tout du long : une petite fille joue à Space Invaders sur Commodore 64 et écoute un méga-tube de l'ère yougoslave sur son walkman quand une cellule spatiale tombe du ciel et s'écrase sur sa maison.

Trente ans plus tard, Una (jouée par la talentueuse Lana Hranjec) vit dans une maison sur la même colline boisée avec sa mère (la star de la comédie slovaque Petra Polnisová), son grand-père (un des acteurs norvégiens les plus reconnaissables, le vétéran Nils Ole Oftebro), ses deux frères et son père pilote, présentement en déplacement. La Una de presque 11 ans est un peu garçon manqué : elle s'intéresse à la mécanique, une prédilection qu'elle tient certainement de son grand-père, un excentrique attachant qui rappelle Doc Brown dans Retour vers le futur, les cheveux en moins. Celui-ci vient d'inventer le “flatulengine”, un moteur actionné par les pets, ce qui ravit la famille autant qu'elle la déconcerte.

À la nuit tombée, Una remarque une formation d'étoiles étrange qui ressemble à un lance-pierres. L'instant d'après, des extra-terrestres kidnappent son papy. Le matin suivant, sa mère a une attaque et on l'emmène à l'hôpital, mais elle a le temps de dire à sa fille de retrouver le grand-père.

À présent seule dans la maison, Una découvre un petit robot (dont la voix est celle de Ozren Grabarić), qui n'est tout au plus qu'une boule à roulettes. Quand il explique qu'il vient de Cassiopée et pour quelle raisons ses collègues ont enlevé le vieillard, Una et le robot, qu'elle appelle Dodo (car il est le dernier de sa race), montent sur un scooter équipé du "flatulengine" et se mettent en quête du grand-père, ce qui va permettre et de sauver la maman, et d'aider Dodo à rentrer chez lui.

Au-delà de quelques incohérences dans la logique de l'histoire, Žarković et Škop ont vraiment imaginé un concept fort par lequel l'esprit du film et ses aspects techniques marchent main dans la main : c'est une aventure pour enfants dans le style de Spielberg, avec une touche de cyberpunk, qui combine élégamment des images de synthèse modestes mais de bon goût avec des effets spéciaux plus concrets : Dodo est entièrement mécanique à l'exception de son visage, qui est tout simplement, et en toute efficacité, inspiré des emojis.

Le film va amener nos héros dans la forêt, puis sur un kayak longeant une rivière. Les dialogues entre la fillette et le robot, qui vont devenir très amis, sont joliment développés, de sorte que le public croit en cette relation et reconnaît facilement le message positif du film sur l'humanité, l'amour et l'importance de l'amtié, ainsi que sur des questions comme le harcèlement à l'école. C'est un film pour enfants très réussi que les parents vont apprécier aussi, et certaines des blagues fonctionnent très bien et plaisent au-delà du public-cible du film.

My Grandpa Is an Alien a réuni les efforts de Studio Dim (Croatie), Wady Films (Luxembourg), Filmbin (Norvège), MasterFilm (République tchèque), Artileria (Slovaquie), Senca Studio (Slovénie) et Fabrika (Bosnie-Herzégovine).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy