email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VISIONS DU RÉEL 2019

Critique : Fiancées

par 

- Le premier long-métrage de Julia Bünter explore sans juger les contradictions d'une société égyptienne prise entre passé et présent

Critique : Fiancées

Fiancées [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, de la jeune réalisatrice suisse Julia Bünter, projeté en avant-première mondiale à Visions du réel, dans la section Compétition nationale, réunit un matériel riche et précieux qui permet d'observer de l'intérieur une société en pleine évolution, une société ancrée dans les sévères traditions orientales et en même temps intriguée par un Occident dont se dégage un parfum de liberté. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

En laissant librement s'exprimer ses héros, trois couples sur le point de se marier, la réalisatrice nous permet d'entendre leurs différents points de vue sur la société dans laquelle ils vivent. Bien que le film parle clairement de mariage, il ne se limite pas cependant à cette institution. Au contraire ce propos sert de prétexte pour affronter les rapports de couple qui se tissent à l'intérieur d'une société en devenir, à la fois fascinante et irritante.

Julia Bünter fait montre d'un excellent sens de l'écoute et d'une grande patience : elle enregistre ce qui l'entoure avec beaucoup de respect et une grande conscience de la complexité des rapports qu'elle est en train d'observer. À travers l'exploration de trois réalités assez différentes entre elles – celle de Batool et Bassam, un jeune couple d'acteurs confronté à la pression exercée par leurs familles, qui ne sont pas toujours en accord avec leurs aspirations ; celle de Marize et Ramy, deux chrétiens aisés entre tradition et liberté ; celle de Randa et Abdelrahman, nés de familles musulmanes plus traditionalistes mais qui revendiquent une égalité entre les sexes encore lointaine – Fiancées a une fonction de point d'accès à une réalité trop souvent jugée, mais rarement écoutée. 

Précis, empreint d'une grande humanité, varié sans prétendre à l'exhaustivité, le regard de la réalisatrice ne questionne jamais directement les dires de ses personnages. Au contraire, elle les accueille comme des faits sur lesquels réfléchir. Fort des impressions des six futurs époux (de leurs familles, de leurs conseillers, etc.), qui sont aussi divertissantes que difficiles à supporter, on prend la mesure des contradictions d'une société bien plus complexe que ce qu'on pourrait croire.

Loin du manichéisme auquel on a aujourd'hui trop souvent recours pour cataloguer les réalités très différentes de la réalité occidentale, ce documentaire présente une société qui est encore entièrement à construire, en pleine mutation, entre crainte et excitation. 

La discussion entre Randa, une des fiancées, sa mère et sa conseillère matrimoniale, propose des moments vraiments trépidants et cathartiques : "Je suis désolée, mais j'ai vu le mari laver des assiettes devant mes yeux", lance la conseillère choquée. En guise de réponse, Randa explose : “La religion n'oblige en rien à la femme à s'occuper des tâches domestiques", "Je rejette cette notion de supériorité". Une confrontation directe et sincère entre deux visions opposées du monde qui cohabitent bon gré mal gré.

Ce qui frappe le plus, c'est la fougue que chacun met à exprimer ses émotions, ses doutes et ses peurs, tout en essayant de trouver un consensus difficile à obtenir.

Fiancées, marqué par ses évidents contrastes, explore les pressions sociales et les fantasmes qui se rattachent à l'institution du mariage jusque dans nos latitudes. Ce film, sorte d'agrandissement d'une réalité somme toute universelle, nous pousse à réfléchir non seulement sur notre conception de la société égyptienne (y compris sur notre conception du voile islamique et de la construction des identités de genre), mais aussi sur notre propre quotidien, peut-être moins "émancipé" qu'on ne voudrait bien le croire.

Fiancées a été produit par Luc Peter pour Intermezzo Films, qui s'occupe aussi de ses ventes internationales.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.