email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VISIONS DU RÉEL 2019 Visions du Réel Industrie

REPORT : Pitching du Réel 2019

par 

- Parcours approfondi des projets qui ont remporté des prix dans la section principale du volet industrie de Visions du Réel

REPORT : Pitching du Réel 2019
(© Fabien Wulff-Georges)

Visions du Réel, le plus grand festival du documentaire de Suisse, un des plus anciens et respectés d'Europe dans sa catégorie, a annoncé la semaine dernière les gagnants de ses différents concours de pitch. Nous avons déjà parlé des lauréats de Docs in Progress, du Rough Cut Lab et du Opening Scenes Lab ici. Voici, ci-dessous, les projets qui l'ont emporté dans la section la plus attrayante, Pitching du Réel, ainsi que dans le volet réservés aux projets de longs-métrages suisses Perspectives d'un Doc. Pour lire une description détaillée de ce que chaque prix comporte, cliquer ici.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Prix Doc & Film International Distribution Award, Prix visions sud est 

Pornomelancholia - Manuel Ambramovich (Argentine)
Ce quatrième long-métrage par le réalisateur argentin Manuel Ambramovich(connu pour Light Years et Soldado, tous deux lancés en 2017, projetés respectivement à Venise et Berlin) suit un jeune Mexicain qui veut passer de l'exhibitionnisme sur webcam au tournage d'un vrai film porno gay. Lalo emploie toutes les ressources à sa disposition, tandis que sa sexualité est de plus en plus mise en scène. Le film prend la pornographie comme point de départ pour une réflexion sur l'intimité qui se fait spectacle, et comme contexte pour parler de sexe dans un monde où le soi intime de chacun s'exhibe aux autres dans une réalité de connection continue. Ce film est produit par Gema Juàrez Allen de Gema Films (Buenos Aires). Il devrait être terminé en mai 2020.  

The Flats (Once We Were Terrorists) d'Alessandra Celesia

Prix de post-production HEAD – GENÈVE, Prix Marché du Film - Festival de Cannes

The Flats (Once We Were Terrorists) - Alessandra Celesia (France/Royaume-Uni/Irlande/Italie)
New Lodge, une petite communauté catholique au coeur de Belfast, a payé le prix fort pendant les conflits en Irlande du Nord. Plus de vingt ans après le cessez-le-feu, ceux qui ont été enrôlés par l'IRA comme "combattants pour la liberté" à l'âge de 15 ans sont dépressifs, désenchantés et au chômage. Plusieurs générations de femmes à New Lodge travaillent dur pour assurer la subsistance de cette communauté, tandis que les jeunes voudraient en finir avec la nostalgie de ce passé tumultueux et rêvent de défilés de mode, d'amour et de liberté. Le film, réalisé par Alessandra Celesia (The Bookseller of Belfast, Italian Mirage), est une coproduction entre Films de Force Majeure (France), Dumbworld (Royaume-Uni), Planet Korda (Irlande) et Graffiti Doc (Italie). Sa sortie est prévue pour mai 2021.

Meril by Victoria Verseau

Prix pour l'Atelier de développement de projets MFI Script2Film

Meril - Victoria Verseau (Suède)
Le premier long-métrage documentaire de la réalisatrice-artiste suédoise Victoria Verseauest un docufiction hybride sur les états fluides et la transition de l'un à l'autre, ainsi que sur les identités sexuelles. Victoria, Nami et Athena vont en Thaïlande pour travailler sur un film inspiré des souvenirs qu'a Victoria de son amie Meril et de l'endroit où elle est allée pour une opération de changement de sexe six ans plus tôt. Avec Nami et Athena, qui se préparent à subir la même opération, Victoria essaie de raconter toute l'expérience depuis le début de la transition. Ce film est produit par Malin Hüber de la société suédoiseHER Film. Il devrait être prêt d'ici la fin février 2021.

A Thousand Fires by Saeed Taji Farouky

Prix Dok Leipzig Talent Development 

A Thousand Fires - Saeed Taji Farouky (France/Palestine)
A Thousand Fires, quatrième long-métrage du réalisateur britannique d'origine palestinienne Saeed Taji Farouky (dont le dernier film en date, Tell Spring Not to Come This Year [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Saeed Taji Farouky |
fiche film
]
, a gagné deux prix à Berlin en 2015), abord sous l'angle humain le sujet de l'industrie pétrolière à Myanmar, où les puits sont creusés à la mainn, uniquement à l'aide d'un moteur diesel et d'outils manuels. Des milliers de mineurs affluent vers les nouveaux champs, guidés par la rumeur sur les dernières découvertes de gisements, ce qui crée une industrie itinérante, illégale et dangereuse. Le film suit une famille de travailleurs où mari et femme, tous deux bouddhistes pratiquants, travaillent sur des gisements pour payer l'éducation de leur benjamin. Ce dernier, cependant, ne s'intéresse pas aux études : il veut devenir footballeur. Ce film est une coproduction entre Les Films du Balibari (France) et Odeh Films (Palestine). Il devrait être prêt en octobre 2020. 

Dreamers by Stéphanie Barbey and Luc Peter

Prix du Festival du documentaire de Thessalonique

Dreamers - Stéphanie Barbey, Luc Peter (Suisse)
Les réalisateurs suisses Stéphanie Barbeyet Luc Peter, dont les collaborations précédentes comprennent Magic Radio (2007)et Broken Land [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(sélectionné en 2014 à Rotterdam), préparent un film sur Carlos, un émigré mexicain qui vit dans la banlieue de Chicago, où il est arrivé avec sa famille quand il avait neuf ans. Grâce à l'immunité qu'on lui a accordée, il a pu recevoir la même éducation que n'importe quel autre jeune Américain avec la garantie qu'il ne serait pas déporté. Hélas, à ses 18 ans, le monde de Carlos est mis sens dessus-dessous quand il découvre qu'il n'a pas le droit, légalement, de travailler, d'étudier ou même de recevoir une assistance médicale d'urgence. Le film est produit par Peter pour Intermezzo Films. Son lancement est prévu pour juillet 2020 environ.

Acting Pain by Elena Avdija

Prix RTS: Perspectives d'un Doc

Acting Pain - Elena Avdija (Suisse)
Ce premier long-métrage documentaire par Elena Avdija réunit des portraits de cascadeuses dans un monde en train de changer. Le mouvement #MeToo a initié une vague de changement et la représentation des femmes au cinéma devrait également être amenée à évoluer. Actuellement, les rôles joués par les femmes dans les films d'action sont souvent ceux des victimes, et la caméra tend à s'attarder sur les blessures et mutilations sexuelles ainsi que le sang et les pleurs. Mais qui porte le poids de cette violence exaltée ? Derrière le personnage à l'écran, qui est la vraie personne physique qui plonge sous une voiture pour échapper au meurtrier ? Le film, tourné sur six mois cette année entre Paris, Nyon et Kuala Lumpur, devrait être prêt à être montré en septembre 2020. Il est produit par Ursula Meier pour Bande à Part Films.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.