email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2019 Un Certain Regard

Critique : La Fameuse Invasion des ours en Sicile

par 

- CANNES 2019 : Dans le film de Lorenzo Mattotti, ce qui commence comme de l'animation pour enfants devient un conte merveilleux sur l'appropriation culturelle et la colonisation

Critique : La Fameuse Invasion des ours en Sicile

En surface, La Fameuse Invasion des ours en Sicile [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Lorenzo Mattotti
fiche film
]
de Lorenzo Mattotti est un gentil film d’animation raconté d’une voix innocente, parfait pour les enfants, mais dans la deuxième moitié du film, l’histoire est retournée et prend un tour très profond, car soudain, cette histoire d’ours interagissant avec des humains devient un conte sur l’appropriation culturelle, les récits alternatifs et la colonisation.

L’histoire originale a été écrite en 1945 par l’Italien Dino Buzzati, et publiée un chapitre à la fois dans le magazine Corriere dei Piccoli. Ce n'est que deux ans plus tard, quand l’ensemble a été réuni en un ouvrage, que l’auteur a ajouté cette deuxième partie radicale à l’histoire. La voilà présent sur le grand écran, adaptée par les scénaristes Jean-Luc Fromental et Thomas Bidegain, à la plume duquel on doit le gagnant

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La première partie montre deux conteurs qui se retrouvent dans une caverne et rencontrent un ours. Afin d’ amadouer l’animal, ils lui racontent l’histoire légendaire d’un grand roi ours dont le fils disparaît et qui décide donc, accompagné de son clan, de quitter les montagnes pour aller dans le monde des humains. Après avoir échappé à des monstres et vaincu un méchant duc, les hommes et les ours vivent ensemble en paix, l’ourson est retrouvé, et tout est bien qui finit bien.

Arrive ensuite le grand revirement de situation : l'ours se met à rire de l’histoire qui vient de lui être narrée et demande : "C’est comme ça que les humains racontent cette histoire ?". Il explique qu'en fait, les ours sont devenus plus semblables aux humains, que pendant ce temps-là, l'ourson a déraillé, et que la communauté est désormais dispersée et désunie. Une interprétation fréquente de l'histoire originale est que les ours seraient les communistes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Comme cela se produit avec les meilleurs dessins animés, les spectateurs qui voudront voir ce film au premier degré seront ravis de la narration foisonnante et de l’animation, influencée par le symbolisme et l’impressionnisme. Les illustrations, dessinées à la main, sont très belles et mettent l’accent sur les formes plutôt que sur le réalisme. Ces dessins sont inspirés des dessins de Buzzati lui-même. Les couleurs y sont très bien utilisées et chaque section a sa palette. Le personnage de l'ours de la caverne, Gedeone, est modelé sur des figures de la Commedia dell’arte comme Arlequin et Polichinelle. L'allure générale du film est baroque.

Bien que Mattotti, connu pour toutes les couvertures qu'il a conçues pour le magazine The New Yorker , propose ici son premier film comme réalisateur, il n’est pas étranger aux festivals de cinéma. Il a dessiné l'affiche du Festival de Cannes en 2000 et contribué à des films qui ont joué à Toronto et Rome. Son désir de faire des films subversifs pourrait aussi venir de sa collaboration avec Michelangelo Antonioni.

Bien que tout ceci donne l’impression que La Fameuse Invasion des ours en Sicile est un film intellectuel, l'oeuvre parvient à éviter le ton prétentieux dans son dessin comme dans sa narration. C’est un film qui s’adresse largement aux familles et qui est raconté de manière classique. Un vrai plaisir.

La Fameuse Invasion des ours en Sicile est une coproduction entre la France et l’Italie qui a réuni les efforts de Prima Linea Productions, France 3 Cinéma, Pathé et Indigo Film, avec RAI Cinema et la participation de Canal+, Ciné+ et France Télévisions. Pathé International s’occupe des ventes internationales du film.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.