email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS / CRITIQUES

Critique : Elcano y Magallanes, la primera vuelta al mundo

par 

- Ce film d'animation d'Ángel Alonso recrée avec inventivité, humour et un grand sens de l'aventure et du spectacle un fait historique unique, courageux et impossible à reproduire

Critique : Elcano y Magallanes, la primera vuelta al mundo

C'est une formidable surprise de découvrir que quelques cinéastes basques se sont lancés, il y a trois ans, dans le projet de faire un film d'animation sur l'épopée hallucinante du Basque Juan Sebastián Elcano (qui a démontré qu'effectivement, la Terre est une planète ronde) et qui est arrivée au meilleur des ports : il est parvenu à attirer l'attention du public et montrer aux plus petits un fait historique qui, même couplé avec des licences narratives bien logiques, mérite, pour son 500e anniversaire, qu'on s'en souvienne et qu'on le célèbre, puisqu'il a ouvert de nouvelle routes maritimes et mit fin à des peurs ancestrales. Ainsi, Elcano y Magallanes, la primera vuelta al mundo [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, réalisé sous la direction d'Ángel Alonso (Mystikal), arrive dans les cinémas espagnols pour la joie de tous, après son passage au dernier Festival de Malaga, où il a fait l'objet d'une projection spéciale hors-compétition.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film ne dissimule pas qu'il est "toléré" et il évite de mettre l'accent sur les aspects les plus violents, douloureux et sanglants de l'exploit sur lequel il revient, mais il conserve un sens de l'aventure des plus authentiques, transformant ses personnages en des versions animées de Burt Lancaster, Tyrone Power et autres comédiens qui ont incarné des boucaniers, des loups de mer et des pirates dans les inoubliables et mythiques classiques qui ont fait la joie (sur le grand et le petit écran) de plusieurs générations de jeunes pendant les dernières décennies du XXe siècle. Ces rythmes, exotismes et exploits sont ici récupérés dans un esprit festif, joyeux et lumineux qui ne se contente pas de divertir et d'émouvoir, mais invite à vouloir en savoir plus sur les héros ici dépeints.

Comme le film s'inscrit dans le sillage de l'usine Disney-Pixar, parce qu'il met le spectacle avant la prise de risques sur le plan de la forme, il offre des moments de grand plaisir visuel, avec des fonds très minutieusement élaborés, comme les reconstitutions de la Séville de 1519, de la forêt brésilienne et des falaises de Patagonie, qui font parfois l'effet d'être en trois dimensions. Les personnages, quoique basiques (sans oublier le traître, l'ennemi juré et la belle fille maline et audacieuse), sont dôtés de vraies valeurs et connaissent tous des évolutions, à commencer par le héros qui, tandis qu'il fait le tour du monde, fait aussi une volte complète quant à sa manière de le comprendre.

Elcano y Magallanes…, dont les dialogues sont dans des langues européennes (en portugais, en italien) ou espagnoles (andalou, castillan), montre aussi, selon le scénario de José Antonio Vitoria et Garbiñe Losada, la grande rivalité commerciale qu'il y avait alors entre le Portugal et la Castille. La musique, composée par Joseba Beristain et interprétée par l'Orchestre symphonique d'Euskadi et l'Orfeón Donostiarra, exalte les nombreuses scènes d'action. On aurait en revanche préféré moins de cordes et d'instruments à vent pendant les dialogues, qui requièrent plus de temps de pause. Quoiqu'il en soit, au bout du compte, le film émeut, divertit et propose un voyage visuel formidable.

Elcano y Magallanes, la primera vuelta al mundo a été produit par Dibulitoon Studio et Elkano Dibulitoon A.I.E. avec le soutien du Gouvernement basque, de l'ICAA, d'ETB, de TVE, du programme Ibermedia et de la Députation forale du Guipuscoa. Ses ventes internationales sont gérées par Filmax (qui l'a déjà vendu pour le moment à la Chine, la France, le Portugal, la Grèce, la Roumanie, la Hongrie et la Pologne, entre autres). En Espagne, il est distribué par Filmax et Barton Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy