email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

KARLOVY VARY 2019 East of the West

Critique : My Thoughts Are Silent

par 

- Cette comédie dramatique accomplie par Antonio Lukich, qui a gagné le Prix spécial du jury dans la section East of the West de Karlovy Vary, est une bouffée d'air frais dans le cinéma ukrainien

Critique : My Thoughts Are Silent
Andriy Lidagovski dans My Thoughts Are Silent

Le premier long-métrage du scénariste et réalisateur ukrainien Antonio Lukich, My Thoughts Are Silent [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, a été projeté en première mondiale dans la section East of the West du Festival de Karlovy Vary, où il a gagné le Prix spécial du jury. Cette comédie dramatique qui suit un fils et sa mère tandis qu’ils font route ensemble, agrémentée d’un humour pince-sans-rire bien dosé, de décors colorés et d’un travail de caméra solide, représente une bouffée d’air frais dans le cinéma ukrainien.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vadim (Andriy Lidagovski) a 25 ans et mesure plus de deux mètres. Il vit à Kiev, travaille comme preneur de son et fait aussi un peu de musique électronique. Après qu’il ait découvert que les implants dentaires dont il a besoin vont lui coûter une fortune, il a un coup de chance et reçoit une offre lucrative de la part d’une société de jeux vidéo canadienne : il s'agit d'enregistrer des sons d’animaux saisis à l’ouest de l’Ukraine. Quel est le problème de la faune canadienne ? Les animaux sont trop calmes et n’ont peur de rien : voilà la réponse du directeur de la société, d’origine ukrainienne. Pour couronner le tout, Vadim pourrait recevoir un bonus spécial s'il parvient à enregistrer le chant nuptial d'un canard très difficile à trouver, peut-être même éteint.

Quand Vadim arrive dans sa ville natale, Oujhorod, une chauffeuse de taxi vient le chercher à la gare. C’est sa mère, Galia (Irma Vitovska), une femme en fin de quarantaine charmante et extravertie. Elle a un petit ami plus jeune en Italie et ne souhaite pour Vadim qu'une seule chose : qu’il devienne quelqu’un de normal avec un travail normal, une femme et des enfants. De préférence en Ukraine.

Vadim, lui, se voit comme un artiste indépendant et cette porte vers une vie meilleure qui vient de s’ouvrir pour lui est une occasion trop belle pour qu’il la laisse passer. Il est donc décidé à faire de son mieux pour accomplir parfaitement sa mission, et ainsi, peut-être aller vivre à Montréal – un désir auquel la plupart des jeunes d'Europe de l'Est pourront se rapporter.

Ainsi, Galia et Vadim embarquent dans la vieille Golf Volkswagen de la mère et voyagent à travers la région. Entre les épisodes hilarants où l'on voit l’immense preneur de son avec son matériel, essayant de circuler sans se faire remarquer par les animaux (et par les gens, d’ailleurs), les conversations entre mère et fils digressent toujours, partant de sujets importants et intimes pour aller vers des petits détails souvent amusants et intéressants sur leurs vies. La capacité du réalisateur à placer ses scènes au bon moment et la diction pince-sans-rire des deux acteurs sont excellents, et ils parviennent à maintenir cela tout au long du film.

My Thoughts Are Silent est un film dans lequel on entre totalement, et pas seulement parce qu’il a une valeur comique. Les lieux filmés dans Oujhorod et ses environs sont complètement authentiques, et certains segments comportent probablement des non-professionnels comme figurants. Ces endroits, qui comprennent des maisons abandonnées et de vieilles voitures, vont donner l’impression d’être datés à la plupart des spectateurs, comme s’ils avaient été filmés il y a trente ans, car, bien sûr, l'Ukraine rurale n’est clairement pas à la pointe de la révolution high-tech. Ce que Vadim essaie de faire à cet endroit crée un autre contraste intéressant et la musique, jouée au synthétiseur, a une dimension nostalgique qui transporte le spectateur dans les années 1980 et 1990.

Ce premier long-métrage de Lukich est une comédie dramatique accomplie qui va certainement marcher auprès du public international, ou du moins dans les festivals, et bien qu'il ne soit pas en soi le fruit d'une démarche révolutionnaire vers un développement du cinéma ukrainien moderne, c’est une bouffée d’air frais qui pourrait donner envie à d’autres jeunes réalisateurs de se lancer dans cette industrie émergente.

My Thoughts Are Silent a été produit par la société ukrainienne Toy Cinema. Les ventes internationales du film sont gérées par la maison londonienne Alief.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy