email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT République tchèque / Suisse

La toute première coproduction de l'Histoire entre la République tchèque et la Suisse, Lost in Paradise, est en tournage à Prague

par 

- Cette comédie absurde doublée d'un road movie par Fiona Ziegler tourne autour d'un choc entre deux mondes et du "charme grotesque de la bourgeoisie"

La toute première coproduction de l'Histoire entre la République tchèque et la Suisse, Lost in Paradise, est en tournage à Prague
L'acteur Dominique Jann pendant le tournage de Lost in Paradise

La réalisatrice suisse installée en République tchèque Fiona Ziegler, formée à la FAMU, est en plein tournage (jusqu'au 8 août) sur son premier long-métrage, Lost in Paradise. Il s'agit d'une comédie absurde en forme de road movie qui est aussi la toute première coproduction de l’Histoire entre la République tchèque et la Suisse, et dont le tournage s'est partagé entre Prague et Berne. L'histoire du film tourne autour du choc entre deux mondes, a-t-on dévoilé. Le rôle principal, celui d'Evžen, a été confié à l'acteur helvétique Dominique Jann, secondé par la comédienne tchèque Hana Vagnerová dans le rôle de la fille dont il est amoureux.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Evžen a quitté la Suisse pour aller vivre à Prague, une ville que son père à quittée en 1968, pour vivre la vie de bohème et tenir un club de musique baptisé Venuše (Vénus). Sa situation change d'un coup quand un incendie éclate dans son établissement et qu'on lui donne une semaine pour payer pour les dommages et éviter l'expulsion. Pour continuer de vivre à Prague, il décide de revenir d'abord dans son pays natal pour trouver une solution, qui va impliquer l'intervention de son père autoritaire. Les producteurs du film résument ainsi l'histoire : "Lors d'un voyage imprévu dans son pays natal, la Suisse, il est confronté à un crocodile passé à travers la frontière de manière frauduleuse qui s'appelle Karlchen, David Hasselhoff, les déceptions constantes que son père lui cause et le charme grotesque de la bourgeoisie”.

“C'est un gros challenge pour moi que de travailler sur mon premier long-métrage en deux langues, dans deux pays et entre deux cultures. Mon intention, et le sens du film, est de créer un pont entre ces deux nations. Elles ont des liens historiques depuis que la Suisse est devenu la terre d'accueil de milliers d'émigrés tchécoslovaque après l'occupation d'août [l'invasion du pays par les Soviétiques en 1968], explique la réalisatrice, qui ajoute que le film est partiellement autobiographique. Au-delà de la troupe du film, suisse et tchèque, Ziegler s'est entourée du monteur-réalisateur suisse Christof Schertenleib, collaborateur régulier de Ulrich Seidl depuis Loss Is to Be Expected (1992), et du directeur de la photographie Yvon Teysslerova.

Lost in Paradise est produit par la société tchèque Cinémotif Films et la maison suisse Cognito Films, en coproduction avec la FAMU, avec le soutien du Fonds tchèque pour le cinéma, du Fonds cinéma de Prague, de Pro Cinema Berne et du Zürcher Filmstiftung. Lost in Paradise a été présenté à Crossroads Co-Production Forum, et le projet a participé à l'atelier MFI Script2Film ainsi que l'atelier de développement de scénario MIDPOINT en Norvège. La sortie du film est prévue pour l'automne 2020.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy