email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SARAJEVO 2019 Compétition documentaires

Critique : The Euphoria of Being

par 

- Le gagnant du Prix des Droits de l'Homme de Sarajevo est un documentaire à plusieurs niveaux de lecture sur une survivante à l'Holocauste hongroise et une performance de danse inspirée de sa vie

Critique : The Euphoria of Being
Éva Fahidi et Emese Cuhorka dans The Euphoria of Being

The Euphoria of Being [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
a fait une première mondiale couronnée de succès à la Semaine de la Critique de Locarno quelques jours avant de décrocher le Prix des Droits de l'Homme dans le cadre de la Compétition Documentaires du Festival de Sarajevo. C’est le premier long-métrage documentaire de Réka Szabó, également danseuse et chorégraphe, qui dirige à Budapest la compagnie The Symptoms.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce film inventif et souvent touchant combine plusieurs niveaux artistiques et narratifs pour raconter l’histoire d’une Hongroise de 93 ans qui a survécu à l’Holocauste, Éva Fahidi. Le segment d’ouverture, où Szabó discute avec Fahidi chez le coiffeur, montre le lien fort qui existe entre la réalisatrice et son sujet, développé à travers leur travail commun sur un spectacle de danse inspiré de la vie de Fahidi.

Le premier niveau du film vient de leur contact épistolaire initial, après que Szabó ait lu les mémoires de Fahidi, The Soul of Things, et qu’elle se soit senti le désir de créer une œuvre artistique sur elle. Cette survivante au camp de concentration d'Auschwitz, où elle a perdu 49 parents, est également danseuse. On la suit avec la réalisatrice tandis qu’elles préparent un spectacle avec la jeune danseuse Emese Cuhorka.

À travers l'art de la performance, le film peint un portrait de cette héroïne unique. Tandis qu’on regarde Cuhorka et Fahidi développer leur ballet, soigneusement guidées par Szabó, on voit deux artistes performeuses si fortement rapprochées par cette histoire tragique mais courageuse que leurs personnalités se mettent à se superposer petit à petit. Ces passages, à la fois tendres et dynamiques, sont parsemés d’interviews avec la vieille dame, totalement charmante et pleine de sagesse.

En plus des réminiscences difficiles de son passé, des réflexions sur le fascisme et sur la manière dont tout cela continue de résonner aujourd’hui, Fahidi exprime aussi ses pensées sur de nombreux autres sujets. Un témoignage d’une candeur inattendue, où la vieille dame condamne son propre père, affirmant qu’il ne s’intéressait qu’au profit alors que d’autres familles juives ont commencé de fuir la Hongrie dès 1935, sert pour le public de rappel douloureux de la réalité épineuse qui est ici en jeu. Cet aspect particulièrement rude est souligné par le fait que le film se concentre sur l’expérience de Fahidi en tant que femme à Auschwitz : elle explique que voir des femmes nues, sales, puantes et émaciées entassées comme des sardines, incapables d’éviter de se toucher, a affecté pendant longtemps sa relation avec sa propre féminité.

Quand arrive le moment du montage du film, la performance, intitulée Sea Lavender, a déjà eu droit à 77 représentations à Budapest, Berlin et Vienne. Au fil des répétitions, Fahidi redevient plus souple et confiante : elle fait l’expérience d’une renaissance de la dernière heure grâce au dévouement émotionnel de Szabó et Cuhorka.

Fahidi est une héroïne unique, immensément charismatique, à l’esprit acéré, une femme qui ne s’en laisse pas compter, qui mène hardiment une vie pleine et dont l'histoire de survie sert de courageux contrepoint à la tragédie de sa famille. Un médium artistique unique aurait difficilement rendu justice à son histoire complexe : en combinant les mémoires de Fahidi avec la performance et les interviews documentaires, The Euphoria of Being y parvient vraiment bien.

The Euphoria of Being a réuni les efforts des sociétés hongroises Campfilm, The Symptoms et 4Cut Post Digital, ainsi que de la française Pom'Zed (France).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy