email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2019 Giornate degli Autori

Critique : Beware of Children

par 

- VENISE 2019 : Le deuxième long-métrage de Dag Johan Haugerud pourrait-il être le meilleur film humaniste norvégien de 157 minutes qui ait jamais été réalisé ?

Critique : Beware of Children
Jan Gunnar Røise et Ella Øverbye dans Beware of Children

Dag Johan Haugerud, humaniste, documentaliste, réalisateur, scénariste et romancier, vient d'achever son deuxième long-métrage. La réalisation de ce long film (le film norvégien le plus long depuis Kristin Lavransdatter de Liv Ullmann, qui durait trois heures) a pris beaucoup de temps. En dépit de ses nombreuses récompenses, I Belong, premier film du réalisateur, ne s'était pas exporté. Aussi, afin d'assurer une meilleure couverture médiatique, la sortie de Beware of Children [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Dag Johan Haugerud
fiche film
]
a été volontairement retardée. Le film a été présenté en avant-première dans la section Giornate degli Autori de la Mostra de Venise 2019. C'est à cette occasion qu'un public international averti est venu découvrir cet auteur en herbe européen, de toute évidence talentueux.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L'ambiguïté du titre réside dans le fait qu'il y a deux interprétations possibles : l'importance de prendre soin d'un enfant mais aussi celle de se tenir sur ses gardes et de savoir percevoir les signaux d'alarme. En effet, les actes commis par les enfants peuvent parfois avoir des conséquences désastreuses. C'est précisément le cas quand Lykke, 13 ans, se dispute dans la cour de récréation avec Jamie, un camarade de classe. Dans le feu de l'action, Jamie se blesse, il est conduit à l'hôpital où il succombe à ses blessures. Les parents, les élèves et le personnel de l'école sont désemparés. Des enquêtes et des interrogatoires sont menés pour essayer de déterminer les causes et les circonstances de l'accident. Mais que va-t-il se passer maintenant ?

Dévoilant petit à petit, avec minutie, les détails de l'accident, détails qui pourraient sembler insignifiants et qui sont manifestement essentiels, Haugerud nous présente là un groupe d'êtres humains très humains. Il se trouve que le père de la "coupable" et celui de sa "victime" sont deux politiciens : le premier appartient au parti travailliste et l'autre à la droite, qui a des opposants farouches notamment dans le cercle scolaire. Que ce dernier entretienne une liaison avec l'une des responsables de l'école semble pour le moins étrange et inapproprié – comme peut l'être la vie, nous rappelle-t-on avec douceur. La question reste de savoir si l'affaire de Lykke sera classée sans suite parce que la mort de Jamie est accidentelle ou du fait du jeune âge de la coupable. Une autre question plus triviale est de déterminer si la page Facebook dédiée à la mémoire de Jamie enfreint les principes de l'école publique en Norvège, car cet établissement est financé par un organisme privé américain. Il s'avère que c'est le cas. "Beware of adults" (méfiez-vous des adultes) pourrait donc être un autre cri du cœur tout aussi sincère.

Avec pas moins d'une douzaine de personnages-clés, dont les parents, le personnel de l'école, les parents des parents et du personnel, et les conjoints de certains employés, Beware of children réclame toute notre attention. Les gens sont présentés en coup de vent et on nous parle rapidement des relations qu'ils entretiennent avec les autres. Il est également question d'autres personnages importants, mais on ne les voit jamais. Cela fait certainement partie du réalisme empathique de Haugerud mais à de rares occasions, cela peut paraître trop volontairement novateur. En revanche, que Lykke soit appelée Natalie à l'école (certains enseignants l'appellent d'ailleurs Natalia) et toujours Anna par sa grand-mère n'était peut-être pas indispensable. Cela dit, pendant ces 157 minutes, qui servent parfaitement le film, le travail de ce cinéaste humaniste et de son équipe de premier choix est un vrai régal. On vous recommande de le voir deux fois, la seconde juste pour le plaisir.

Beware of Children est un production norvégienne Motlys co-produite avec les sociétés suédoises Plattform Produktion et Film i Väst. Les ventes internationales sont assurées par Picture Tree International.

(Traduit de l'anglais par Karine Breysse)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.