email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

JIHLAVA 2019

Critique : The Building

par 

- Ce documentaire de Matilda Mester et Tatiana Kononenko mélange du matériel d'archives et des images filmées aujourd'hui pour montrer la vie d'un bâtiment à travers le temps et l'espace

Critique : The Building

Cette année, dans son choix de films de répertoire comme de nouveaux titres, le 23e Festival international du film documentaire de Jihlava met fortement l'accent sur le cinéma ukrainien. Dans la section rétrospective Conference Fascinations, la sélection dévoile les "documentaires surprenants, audacieux, allégoriques et d'une poésie radicale qui ont été réalisés dans les marges des structures officielles du régime soviétique d'après-guerre en Ukraine", comme l'a précisé la programmatrice Andrea Slováková. Mais deux nouveaux films sont également proposés dont le magnifique The Building [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, de Matilda Mester et Tatjana Kononenko, une co-production germano-ukrainienne sélectionnée dans la section First Lights.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les réalisatrices nous embarquent là dans un voyage jusqu'à Kharkiv, en Ukraine, afin de rendre un hommage cinématographique à un des bâtiments les plus iconiques de l'histoire soviétique : le Derzhprom. Construit dans les années 1920 pour abriter les ministères de l'industrie, il incarne l'idée d'une société nouvelle, juste et égalitaire. Ce bâtiment à la conception cubiste et constructiviste a inspiré un bon nombre d'artistes légendaires, dont des cinéastes tels que Dziga Vertov et Sergei Eisenstein, qui l'ont utilisé dans leurs films comme un symbole de la bureaucratie ou un terrain de jeu pour L'Homme à la caméra. Le Derzhprom continue de fasciner les photographes et les historiens et trouble les habitants de Kharkiv par la perception de la temporalité distordue et archaïque qui s'y rattache (à l'intérieur, les bureaux sont à des kilomètres les uns des autres, explique Kononenko) ainsi que par ses raisons d'être, à des lieues de l'idéologie d'un pays post-transition.

Mester et Kononenko en dressent le tableau de manière méthodique. Un élément en particulier les intéresse : l'apparence du Derzhprom quand il était encore en construction et les changements qu'il a subis au fil des ans. Pour ce faire, elles utilisent beaucoup d'images d'archives, qu'elles sont allées chercher en Ukraine et en Russie (bien qu'elles n'aient finalement utilisé que les premières). On voit ainsi le Derzhprom dans les années 1920 quand il a été construit, ce qui a couvert le début de l'ère stalinienne, avec le changement idéologique que la période a supposé et de fait le changement de destination que cela a signifié pour le bâtiment, puis pendant les dernières décennies du régime soviétique, les années 1970 et 1980, et, enfin, tel qu'il est aujourd'hui, avec ses employés et ses touristes flâneurs.

L'aspect qui compte le plus ici, c'est que les réalisatrices ne dissocient jamais le bâtiment de la philosophie qui s'y rattache, un choix qui neutraliserait résolument la fonction politique de base du travail des architectes. En juxtaposant des images du Derzhprom avec des citations des manifestes et autres textes de penseurs marxistes et léninistes, le film compose une vision presque romantique d'une société du futur, un monde où tout appartient à tout le monde, y compris l'art et l'architecture : tout le monde peut faire de l'art, tout le monde peut le comprendre. Mester et Kononenko vont peut-être à contre-courant ici, en ne condamnant pas naïvement le communisme en faveur du capitalisme occidental, comme c'est souvent le cas dans les films réalisés ces dernières décennies. Au lieu de cela, elles tracent un tableau du Derzhprom qui est tout aussi subtilement nostalgique de l'idéalisme du début du XXe siècle qu'il sait reconnaître les peurs et visions dystopiques de la société nouvelle qui venait de s'établir à l'époque.

Ce film a été produit par Deutsche Film & Fernsehakademie Berlin (dffb).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Chloé Matz)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy