email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SUNDANCE 2020 Compétition World Cinema Documentary

Critique: The Earth Is Blue as an Orange

par 

- Le documentaire de l’Ukrainienne Iryna Tsilyk, meilleure réalisation dans la compétition World Cinema Documentary de Sundance, est un hommage affectueux à des personnages affamés de vie

Critique: The Earth Is Blue as an Orange

Présenté dans la Compétition World Cinema Documentary où il a gagné le prix de la meilleure réalisation, The Earth Is Blue as an Orange [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Iryna Tsilyk
fiche film
]
a été sans doute l’une des œuvres les plus impressionnantes de cette édition du Festival de Sundance. L’Ukrainienne Iryna Tsilyk signe un documentaire qui, tant au niveau du rythme que du cadre extraordinaire dans lequel se déroule l'histoire de cette famille étonnante, pourrait facilement être confondu avec une fiction.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dans un endroit isolé de la région du Donbass, la "zone rouge", une des plus dangereuses d’Ukraine, vit une mère de famille avec ses enfants. Sans père, mais avec la grand-mère, ils font partie d'un petit groupe de personnes qui n’a pas fui le conflit armé. Réfugiés dans la cave, ils travaillent sur leur propre film. Ils répètent et préparent des scènes, ils tiennent la caméra sur les genoux, très proche des visages. Une des filles met en scène, la mère fait le montage. Chacun a sa fonction, devant et derrière l’objectif. Entre les prises, il y a des rires, des disputes, et le bouillonnement des idées partagées par tous les membres de la famille habités par la même passion, celle du cinéma et de la vie elle-même. Cette activité devient surréaliste dans ce contexte particulier, rappelé par le bruit des bâtiments qui s'effondrent ou des soldats en patrouille à bord d’un tank, flattés lorsqu’ils sont filmés par cette famille.

Sensiblement, la réalisatrice accompagne ses protagonistes en laissant suffisamment d’espace à chacun pour dresser le portrait intime d’une famille pour laquelle elle éprouve visiblement beaucoup de respect et d’admiration. Elle connaît la région dans laquelle elle a déjà travaillé sur divers projets culturels comme l’initiative "Yellow Bus" pour initier les habitants au cinéma et qui lui a permis de nouer le contact avec les protagonistes de son dernier film.

Si les conditions extérieures ont un impact direct sur la forme et l'aspect visuel du film, elles lui donnent aussi une atmosphère étrange que l’on pourrait qualifier d’un peu féerique. L'éclairage, par exemple, souvent faible, projette une lumière chaude sur les visages, qui capture à la fois les larmes d'émotion et les étincelles de joie dans les yeux lorsque les membres de cette famille évoquent leur propre film. La caméra, malgré sa proximité physique, trouve toujours son chemin vers une distance objective et rend les émotions palpables. Sans abuser de ses protagonistes ni verser dans le sentimentalisme, The Earth Is Blue as an Orange est un hommage affectueux et politiquement impartial à des personnages affamés de vie et d'un optimisme à toute épreuve.

The Earth Is Blue as an Orange a été co-production ukrainienne et lituanienne, produite par les sociétés Albatros Communicos (UA) et Moonmakers. CAT&Docs s'occupent de la distribution mondiale du film.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.