email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

IFFR 2020 Deep Focus

Critique : Il était un petit navire

par 

- De son lit d'hôpital, la réalisatrice Marion Hänsel propose un portrait intime des villes, événements et gens qui ont façonné sa vie

Critique : Il était un petit navire

La réalisatrice belge Marion Hänsel a fait l’objet d’une rétrospective cette année au Festival international du film de Rotterdam. Elle est arrivée à l’événement avec un nouveau documentaire sous le bras, Il était un petit navire [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Marion Hänsel
fiche film
]
, qui a été projeté en première internationale dans le cadre de la section Deep Focus du festival hollandais.

Ce film est un essai poétique qui évoque un journal intime. Hänsel raconte des détails de sa vie tout en montrant un mélange d’images personnelles, de nouvelles images et de matériel d’archives. Le film se concentre sur des anecdotes personnelles et les relations de la réalisatrice avec ses amis, sa famille et ses amants, presque sans mentionner son travail, que ce soit comme comédienne ayant du mal à rester à flot ou comme réalisatrice reconnue. C’est l’histoire de sa vie et de ses amours. Et du reste, l’œuvre de Hänsel est merveilleusement couverte par le documentaire Par-delà les nuages: le cinéma de Marion Hänsel de Caroline D'Hondt, qui a aussi été projeté au festival.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce n’est pas la première fois que Hänsel se sert de sa vie personnelle dans son travail. Son film Nuages contenait des pensées écrites pour son fils jusqu’à ses 18 ans. Cependant, dans ce film, les lettres intimes étaient écrites par différentes actrices dans différentes langues : Catherine Deneuve en français, Charlotte Rampling en anglais, Barbara Auer en allemand et Antje De Boeck en hollandais. Il y a quelque chose de plus lyrique et provoquant dans le fait d’entendre Hänsel prononcer elle-même ses mots, même si on ne voit jamais ses bras à l’écran. Cet essai documentaire est plus personnel et plus tendre, et il est raconté sachant que Hänsel a failli ne plus être là pour dire cette histoire.

Elle a en effet été hospitalisée pendant deux mois à cause d’une infection par streptocoque. Elle a subi une chirurgie à cœur ouvert, et les médecins ont inséré une endoprothèse vasculaire. C’est pendant qu’elle était à l’hôpital qu’elle a eu l’idée de faire ce film-essai autobiographique. Ce documentaire nous fait faire un parcours de la ville où elle est née, Marseille, et de son enfance à Anvers à ses études d'art en Angleterre et à ses boulots d'actrice à New York et à Paris, avant qu'elle ne s’installe, presque par accident, dans sa carrière de réalisatrice.

Ce qui est intéressant dans la plupart des relations dont elle parle ici, c’est le fait que beaucoup d’entre elles se sont terminées abruptement. Il y a du bonheur et puis du chagrin, mais Hänsel semble ne jamais se complaindre de manière trop sentimentale. Elle nous laisse exprès toujours un petit peu sur notre faim, qu’elle parle de son grand-père, de sa grande sœur ou de ses amants. Il est intrigant de constater qu’elle ne laisse pas son travail la définir. Elle mentionne qu’elle était aspirante-actrice pour parler d’un épisode survenu à New York à un casting, face à un homme qui s'est d'emblée déshabillé. Elle mentionne qu’elle a présenté un film à Cannes, mais seulement dans le cadre d'une histoire concernant son fils, qui a soudain disparu à Lyon. Non que la vie fût beaucoup plus confortable pour une actrice à Paris à l’époque. Entre les souvenirs, le film revient régulièrement à l’hôpital. Ses mots acquièrent une résonance et une puissance supplémentaire grâce aux rappels constants de la fragilité de la vie. C’est un documentaire qui est une introduction parfaite au travail souvent méconnu de Hänsel.

Il était un petit navire a été produit par la société belge Man’s Films Productions en coproduction avec RTBF et ZDF/ARTE.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.