email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2020 Compétition

Critique : The Roads Not Taken

par 

- BERLINALE 2020 : Le film de Sally Potter en compétition à Berlin est l'histoire d'un écrivain enfermé dans sa tête du fait d'une maladie. Une performance splendide de la part de Javier Bardem

Critique : The Roads Not Taken
Javier Bardem et Elle Fanning dans The Roads Not Taken

Partout dans le monde, tous les écrivains (les bons, les mauvais, et les non-découverts, ont une chose en commun : ils passent le plus gros de leur temps à l’intérieur de leur propre tête, entourés par des personnages qui n’existent pas et des événements qui ne sont pas arrivés, mais qui n'en donnent pas moins l'impression d’être complètement réels. Il est donc ironique que, dans le nouveau film de Sally Potter, The Roads Not Taken [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, projeté en compétition au 70e Festival de Berlin, un homme de plume, Leo (Javier Bardem), se retrouve enfermé dans sa tête mais pas par choix : parce qu'il est atteint d’un mal de l'ordre de la démence. Sa fille d’une vingtaine d’années (Elle Fanning) s'occupe de lui, l’escortant jusqu’à ses rendez-vous chez les médecins et s’assurant qu’il va bien.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film s’ouvre sur un écran noir et un bourdonnement agaçant, qui semble familier sans qu'on sache vraiment de quoi il s’agit. C’est ainisi que Leo perçoit le monde à présent : il n’est pas littéralement aveugle, mais il ne peut voir ce qui se passe juste devant ses yeux, depuis qu’il a été englouti dans les profondeurs de sa mémoire. Et le monde extérieur lui fait l'effet d’une sonnerie importune et déplaisante.

Deux moments pivots dans sa vie le hantent : une tragédie vécue avec sa première femme (Salma Hayek) et sa rencontre, des années après, avec une jeune femme qui lui rappelait sa fille adulte. Enfermé dans son esprit, prisonnier d’un purgatoire presque biblique, Leo est confronté à la culpabilité, au remords et au chagrin, des émotions qu’il avait probablement évités tout au long de la vie qu’il vivait avant que la maladie n'ait raison de lui. Ce monde intérieur semble tellement proche et omniprésent que c’en est éprouvant, comme Potter le montre de manière réaliste, en se servant seulement de sa palette de couleurs et du maquillage de Bardem pour indiquer où il se trouve à chaque moment.

La fille de Leo essaie désespérément de l’atteindre et de le maintenir connecté au monde extérieur. Son dévouement est touchant, mais il est aussi réduit à une explication assez simpliste qui n’est autre que "Je le fais parce que tu es mon papa", ce qui fait qu'on n'arrive pas bien à se rapporter à son personnage. Ce qui se démarque dans ce nouveau film de Potter, c’est la performance de Bardem, car il exprime parfaitement le désespoir, la tristesse, et l’absence aiguë de Leo. Son parcours, ou plutôt son incapacité à avancer, renvoie à un des thèmes de prédilection de Potter : la transition. Contrairement à ce qui se passait dans Still Alice, où le personnage de Julianne Moore souffrait de la maladie d’Alzheimer, ici, l’histoire consiste principalement à faire imaginer comment cela doit être, d’avoir le cerveau touché et d’être complètement inconscient du monde extérieur.

Ce choix artistique intéressant est également un choix risqué, parce qu’il est difficile de comprendre Leo et d’avoir vraiment de l’empathie pour lui. De fait, le public est bien plus susceptible de comprendre la perspective des docteurs, qui ne voient plus vraiment Leo comme une "vraie personne" et s'adressent à la famille au lieu d’essayer de communiquer avec leur patient. Regarder The Roads Not Taken est une expérience un peu frustrante, ce qui convient bien en l'espèce – on doit ressentir quelque chose de ce type quand on a un parent atteint d'une maladie du cerveau. Le royaume de l’esprit est bien mystérieux, mais le film de Potter ne fait qu'un tout petit pas vers une meilleure appréhension de la question.

The Roads Not Taken est une coproduction entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Le scénario est de Sally Potter. Le film a été produit par Christopher Sheppard via Adventure Pictures. Ses ventes internationales sont assurées par HanWay Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy