email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2020 Panorama

Critique : Shine Your Eyes

par 

- BERLINALE 2020 : Matias Mariani propose un récit africain imprégné de la tradition du réalisme magique sud-américain

Critique : Shine Your Eyes
Ike Barry et OC Ukeje dans Shine Your Eyes

Shine Your Eyes [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Brésilien Matias Mariani, projeté dans la section Panorama du 70e Festival de Berlin, est un film lyrique et extraordinaire sur la tradition, la famille et les nouveaux départs, avec une intrigue globe-trotteuse qui commence à Nsukka, au Nigéria, en 1988, pour nous mener jusqu'à nos jours à Sao Paulo Brésil. C’est un conte qui vient d’Afrique mais qui a été trempé dans la tradition du réalisme magique sud-américain. Cette superbe confluence de styles associée à une musique incroyablement jazzy fait un effet de recevoir le vin parfait pour accompagner un met.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’action commence à Nsukka en 1988. Le visage d’un garçon est montré à l’envers qui semble s’adresser directement au public quand il demande s’il devrait peindre un sourire sur son front. Quand la caméra s'éloigne, elle révèle qu’il parlait à son frère aîné, assis sur un lit au-dessus de lui. Leur interaction est joueuse et affectueuse. C’est une métaphore visuelle parfaite pour un garçon Igbo qui va arriver à Sao Paulo en 2019, toujours avec l’esprit à l’envers et toujours pour que son grand frère inscrive un sourire sur son visage.

Le peuple Igbo fait partie des mieux implantés au Brésil : ils ont une influence forte dans les cercles socio-politiques et culturels. Notre guide pour explorer cette communauté est Amadi (OC Ukeje), la version adulte du garçon qu’on a vu dans la première image. Il arrive au Brésil pour retrouver son grand frère Ikenna (Chukwudi Iwuji), qui s’est installé à Sao Paulo cinq ans plus tôt, mais n’a pas donné de nouvelles depuis un an, pas même à sa fiancée, restée au Nigéria. Le comportement d’Ikenna va contre la tradition des Igbo, car l'aîné a la responsabilité de s’occuper de la maisonnée après la mort du père. Tandis qu’Amadi se lance à sa recherche, on voit un Brésil brisé, avec des bâtiments à moitié construits et déjà abandonnés – une attaque dirigée contre la politique du président brésilien Jair Bolsonaro et la corruption du gouvernement. Le film offre aussi une fenêtre tournée sur la communauté des immigrés africains, qui a sa propre diversité en son sein. Un histoire d’amour va naître aussi, où l’attraction physique dépasse le fait de ne pas avoir de langue en commun. Amadi est musicien, et sa profession est le prétexte parfait pour une bande originale jazzy pleine d'âme, qui ajoute subrepticement un autre une autre composante politique au film, en soulignant combien la musique africaine a été co-optée et puis remixée pour revenir constituer une gamme de sons "brésiliens".

Un seul passage déçoit dans Shine Your Eyes : quand Amadi reconnaît l’ordinateur de son grand frère sur une étagère dans une boutique. Même Charles Dickens aurait eu du mal à faire passer une telle coïncidence, mais au-delà de cette maladresse, le scénario de Chika Anadu est excellent. À partir des informations trouvées sur l’ordinateur, Amadi peut retracer les déplacements de son frère et identifier ses amis, et le film se mue un peu en histoire de détective tandis qu’Amadi se met à rencontrer les gens trouvés sur l’écran. Il découvre qu’Ikenna a créé une formule pour les paris, qui lui a apparemment causé des problèmes. La quête d'Amadi devient de plus en plus surréaliste, tandis que des questions comme la science contre la religion ou le spirituel contre le rationnel se mettent à intégrer l’intrigue. Le film se rattache au réalisme magique avant de faire volte-face d’un seul coup, avec un dénouement ambigu qui remet en cause tout ce qui était apparemment vrai.

Shine Your Eyes est une coproduction entre le Brésil et la France, de Primo Filmes en coproduction avec MPM Film, Tabuleiro Filmes et SP Cine.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.