email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CÉSAR 2020

Le César du meilleur film pour Les Misérables

par 

- Avec quatre trophées, le premier long de Ladj Ly domine le palmarès. Anaïs Demoustier et Roschdy Zem sacrés meilleurs interprètes et trois prix pour J’accuse de Roman Polanski

Le César du meilleur film pour Les Misérables
Les Misérables de Ladj Ly

La soirée promettait d’être électrique lors de la 45e cérémonie des César après la démission du conseil d’administration de l’Académie et de son président Alain Terzian (aux manettes depuis 2003 et remplacé provisoirement par Margaret Menegoz) à la suite d’une lettre ouverte de plus de 400 personnalités du 7e art hexagonal réclamant des réformes, un changement de gouvernance et la fin de l’opacité sur nombre de pratiques. Un climat de fin de règne également alourdi par les polémiques médiatiques entourant les 12 nominations récoltées par J’accuse [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 de Roman Polanki. Aussi quand ce dernier (qui était absent, tout comme toute son équipe) a gagné le César du meilleur réalisateur après avoir remporté les catégories meilleures adaptation et meilleurs costumes, la réalisatrice Céline Sciamma et Adèle Haenel, son actrice de Portrait de la jeune fille en feu [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Céline Sciamma
fiche film
]
(qui n’a été distingué que par le César de la meilleure photographie attribué à Claire Mathon) ont choisi de quitter la salle (suivies par quelques autres professionnels), sans même attendre que le titre de meilleur film français de l’année ne soit annoncé.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Un épisode houleux qui ne doit pourtant surtout pas jeter de l’ombre sur le triomphe d’un cinéma français de la diversité incarné par Les Misérables [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ladj Ly
fiche film
]
 de Ladj Ly qui a cumulé quatre trophées : meilleur film, meilleur espoir masculin (Alexis Manenti), meilleur montage (Flora Volpelière) et César du public. Un quadruplé concluant en apothéose un incroyable parcours pour ce premier long métrage distingué entre autres par un prix du jury à Cannes et par une nomination à l’Oscar du meilleur film international. A noter que c’est la septième fois dans l’histoire des César qu’un premier long s’adjuge la récompense majeure (et la seconde année consécutive après Jusqu’à la garde [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Xavier Legrand
fiche film
]
l’an dernier, signe d’une envie très claire de renouvelement) et que cette mise en lumière rejaillit également sur les producteurs Toufik Ayadi et Christophe Barral (SRAB Films), les coproducteurs Rectangle Productions et Lyly Films, le distributeur du film dans l’Hexagone (Le Pacte) et la société de ventes internationales Wild Bunch.

Ce désir de renouvellement est également notable avec les premières victoires d’Anaïs Demoustier comme meilleure actrice (pour Alice et le maire [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nicolas Pariser
fiche film
]
 de Nicolas Pariser) et de Roschdy Zem comme meilleur acteur (pour Roubaix, une lumière [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Arnaud Desplechin
fiche film
]
d’Arnaud Desplechin).

La Belle Époque [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nicolas Bedos
fiche film
]
de Nicolas Bedos a été récompensé par trois César (pour le scénario écrit par le cinéaste, pour Fanny Ardant comme meilleur second rôle féminin et pour les décors signés Stéphane Rozenbaum) et deux films ont réalisé un doublé : J’ai perdu mon corps [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jérémy Clapin
fiche film
]
de Jérémy Clapin (sacré meilleur film d’animation et primé pour la musique de Dan Lévy) et Papicha [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mounia Meddour
fiche film
]
de Mounia Meddour (couronné meilleur premier film et qui a offert le titre de meilleur espoir féminin à Lyna Khoudri).

Cette édition qui a également octroyé un César à Grâce à Dieu [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : François Ozon
fiche film
]
de François Ozon (pour Swan Arlaud comme meilleur second rôle masculin) et une distinction technique pour le son au Chant du loup [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 d’Antonin Baudry, a aussi distingué M [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 de Yolande Zauberman dans la catégorie meilleur film documentaire et Parasite du Sud-Coréen Bong Joon-ho comme meilleur film étranger.

Le palmarès :

Meilleur film
Les Misérables [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ladj Ly
fiche film
]
- Ladj Ly

Meilleure réalisation
Roman Polanski - J’accuse [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(France/Italie)

Meilleure actrice
Anaïs Demoustier – Alice et le maire [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nicolas Pariser
fiche film
]
(France/Belgique)

Meilleur acteur
Roschdy Zem – Roubaix, une lumière [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Arnaud Desplechin
fiche film
]

Meilleure actrice dans un second rôle
Fanny Ardant - La Belle Époque [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nicolas Bedos
fiche film
]

Meilleur acteur dans un second rôle
Swann Arlaud - Grâce à Dieu [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : François Ozon
fiche film
]
(France/Belgique)

Meilleur espoir féminin
Lyna Khoudri – Papicha [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mounia Meddour
fiche film
]
(France/Algérie/Belgique)

Meilleur espoir masculin
Alexis Manenti - Les Misérables

Meilleur scénario original
Nicolas Bedos -  La Belle Époque

Meilleure adaptation
Roman Polanski et Robert Harris - J’accuse

Meilleur premier film
Papicha – Mounia Meddour

Meilleur film documentaire
M [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
– Yolande Zauberman

Meilleur film d'animation - long métrage
J’ai perdu mon corps [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jérémy Clapin
fiche film
]
- Jérémy Clapin

Meilleure photographie
Claire Mathon – Portrait de la jeune fille en feu [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Céline Sciamma
fiche film
]

Meilleur montage
Flora Volpelière – Les Misérables

Meilleure musique originale
Dan Lévy – J’ai perdu mon corps

Meilleur son
Nicolas Cantin, Thomas Desjonquères, Raphaël Mouterde, Olivier Goinard, Randy Thom - Le Chant du loup [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]


Meilleurs costumes
Pascaline Chavanne - J'accuse

Meilleurs décors
Stéphane Rozenbaum - La Belle Époque

Meilleur court-métrage
Pile poil – Lauriane Escaffre et Yvonnick Muller

Meilleur film d'animation - court métrage
La nuit des sacs plastiques - Gabriel Harel

César du public
Les Misérables - Ladj Ly

Meilleur film étranger
Parasite - Bong Joon-ho (Corée du Sud)

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.