email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VISIONS DU RÉEL 2020

Visions du Réel dévoile le programme d'une édition entièrement repensée

par 

- La plus grande partie du programme de la 51e édition du festival de Nyon (17 avril-2 mai) sera visible gratuitement en ligne

Visions du Réel dévoile le programme d'une édition entièrement repensée
Il mio corpo de Michele Pennetta

500 heureux spectateurs par film auront la possibilité de visionner en ligne, gratuitement, quasiment la totalité (75%) des titres initialement sélectionnés pour la 51e édition de Visions du Réel (17 avril-2 mai), qui réunissent en tout 128 films, dont la moitié ont été réalisés par des femmes. Toutes les compétitions ont été maintenues à l’exception des prix spéciaux Zonta et FIPRESCI. Les jurys, dont les membres ont accepté le défi à l’unanimité, visionneront les films de chez eux et délibéreront en ligne.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La majeure partie des activités industrie (le marché de Nyon est un des plus importants du panorama cinématographique européen) ont également été maintenues, mais adaptées pour pouvoir se dérouler en ligne. La convivialité et les échanges qui ont toujours caractérisé le festival seront remplacés cette année par de petites interviews des réalisateurs qui seront accessibles sur le site de l’événement, de même que les débats (notamment ceux des membres du comité de sélection) et les masterclasses (lire la news). Le festival a également dû réinventer ses cérémonies d’ouverture et de clôture, qui seront, par la force des choses, virtuelles elles aussi.

Les films sélectionnés dans les sections compétitives (longs-métrages, Burning Lights, moyens- et courts-métrages, Opening Scenes) seront visibles sur le site web Online Visions du Réel à partir du 17 avril en collaboration avec la plateforme Festival Scope, en deux périodes (17-24 avril, puis 25 avril-2 mai). Tous les films sélectionnés pour la compétition nationale seront disponibles en ligne pendant 24 heures pour chaque film via le site web de la RTS. La section Grand Angle, qui réunit le meilleur des festivals récents et propose des films à fort potentiel, comporte cette année huit films (par rapport aux 13 initialement prévus) qui seront présentés sur dafilms.com, où l'on pourra également voir quelques films de Petra Costa et Peter Metteler. Enfin, le site dédié aux documentaires indépendants Tënk accueillera les films de la section non compétitive Latitudes et une sélection des films de la Maître du réel de cette année, Claire Denis.

Emilie Bujès, Directrice Artistique de Visions du Réel a annoné que: « le festival est très heureux d’avoir pu collaborer étroitement avec Festival Scope et Shift72, pour trouver une solution reflétant notre volonté profonde d’offrir aux films et au public la meilleure interface possible pour un festival en ligne ».

« Nous sommes enthousiastes d’avoir aidé Visions du Réel dans ce défi qui, au-delà d’une mise en ligne des films sélectionnés, reflète le résultat d’une collaboration renforcée et une réflexion plus profonde pour permettre de retrouver en ligne certaines des conditions de découverte du festival », a ajouté Alessandro Raja, directuer de Festival Scope.

Sur les 14 films sélectionnés pour la Compétition internationale longs-métrages, 13 seront présentés en première mondiale et 11 sont des productions ou des coproductions européennes. On trouve parmi ceux-ci quatre films suisses : Il mio corpo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, le deuxième long-métrage du jeune réalisateur italien mais suisse d’adoption, Michele Pennetta, qui enquête de nouveau sur les conflits propres à l’Italie ainsi que les rapports difficiles avec l’Autre, Kombinat [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 di Gabriel Tejedor (déjà mention spéciale du jury Cinéma Suisse en 2017 avec Rue Mayskaya [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), qui se concentre sur les conditions de vie dans une Russie pleinE de contradictions, Nemesis [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 du réalisateur et producteur Thomas Imbach et la coproduction entre le Portugal, la Suisse et la France Amor Fati [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Cláudia Varejão
fiche film
]
, qui marque le retour de Cláudia Varejão (Ama-San [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
). L’Italie sera représentée par Francesca Mazzoleni, qui dépeint dans Punta sacra [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Francesca Mazzoleni
fiche film
]
 le quotidien d’un groupe de guerrières romaines des temps modernes. Le film allemand Purple Sea de Amel Alzakout et Khaled Abdulwahed nous fait de son côté littéralement vivre la fuite désespérée de la réalisatrice hors de Syrie, tandis que Anerca, Breath of Life [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 des Finlandais Johannes et Markku Lehmuskallio nous amène au cœur des traditions des peuples autochtones du Cercle polaire arctique. C’est une toute autre atmosphère qu'on trouvera dans Davos [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Daniel Hoesl et Julia Niem…
fiche film
]
 des Autrichiens Daniel Hoesl et Julia Niemann. Les coproductions européennes en lice sont au nombre de trois : El Father Plays Himself [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 de Mo Scarpelli (Venezuela/Royaume-Uni/États-Unis), Non Western [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 de Laura Plancarte (Royaume-Uni/États-Unis/Mexique) et The Pageant [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Eytan Ipeker
fiche film
]
 d'Eytan Ipeker (Turquie/France/Israël/Allemagne).

Dans la deuxième section compétitive la plus importante du festival, Burning Lights, sept des 11 films sélectionnés sont des productions ou des coproductions européennes. Dans le premier groupe on trouve : le film suisse sòne: de Daniel Kemény, le titre français Pyrale de Roxanne Gaucherand et le film allemand Unusual Summer du réalisateur d’origine palestinienne Kamal Aljafari. Dans le second figurent deux coproductions avec participation britannique (Intimate Distances de Philip Warnell et On a Clear Day You Can See the Revolution From Here de Ben Evans James et Emma Charles) et deux impliquant la France (NA China de Marie Voignier et Le _Disqualifié [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Hamza Ouni). Tous ces films seront présentés en première mondiale.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy