email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS / CRITIQUES Italie / Portugal

Critique : Un figlio di nome Erasmus

par 

- Cette comédie-road movie par Alberto Ferrari est le premier film italien de la saison à sortir directement en streaming compte tenu de la fermeture obligatoire des cinémas pour cause de pandémie

Critique : Un figlio di nome Erasmus
Luca Bizzarri, Filipa Pinto, Paolo Kessisoglu, Ricky Memphis et Daniele Liotti dans Un figlio di nome Erasmus

Il devait arriver dans les salles italiennes le 19 mars, le jour de la Fête des pères, et finalement il est devenu le premier titre italien qui sortira directement en streaming sans passer par la case cinémas, puisque ceux-ci sont fermés depuis plus d’un mois à cause de l’épidémie du Coronavirus. Depuis le 12 avril, Un figlio di nome Erasmus [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Alberto Ferrari (Tra due donne, La terza stella) joue sur les grandes plateformes de vidéo à la demande, où il sera disponible quatre semaines. Cette comédie doublée d’un road movie, première production signée avec Eagle Pictures, avec Vivi Film Portugal interprétée par Luca BizzarriPaolo KessisogluRicky MemphisDaniele Liotti et la jeune actrice portugaise Filipa Pinto (L’Homme qui tua Don Quichotte [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Terry Gilliam
fiche film
]
), part de Rome et traverse le Portugal sur les talons de quatre hommes qui se découvrent inopinément pères et se mettent en quête de ce fils, fruit d’une erreur de jeunesse.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Oui oui, c’est bien ça : un fils pour quatre pères. Vingt ans plus tôt, les amis Pietro, Enrico, Ascanio et Jacopo on aimé la même femme, Amalia, pendant un échange Erasmus à Lisbonne. Maintenant, Amalia n'est plus là mais ayant été invités à son enterrement au Portugal, les quatre hommes découvrent qu’un fils est né d’une de ces relations, sans qu'on sache exactement de laquelle. Ainsi, en attendant les résultats du test d’ADN, les héros décident de partir en quête de ce fils mystérieux de 20 ans. Accompagné par une jeune fille de l’endroit qui se propose de les aider (Pinto), ils partent à bord d’un pittoresque fourgon qui transporte des sardines et parcourent le pays, de Lisbonne à Figueira da Foz, en passant par des villages traditionnels, des forêts et des falaises qui surplombent l’océan. Ils ont même le temps d'une petite visite nostalgique sur leur ancien campus, là où ils ont fait leur échange Erasmus, et de passer une soirée très arrosée en boîte – du genre dont, comme dans Very Bad Trip, ils pourront admirer les conséquences absurdes le matin d’après.

Naturellement, ce voyage va donner lieu à de l’introspection et des changements pour chacun d'eux : pour Jacopo (Kessisoglu), "le plus intelligent de tous", qui était vingt ans plus tôt le petit ami officiel d’Amalia et qui, aujourd’hui, est un prêtre qui n’arrive pas à accepter le fait que sa sœur est lesbienne ; pour Ascanio (Bizzarri) qui, derrière son look excentrique et sa façon de se comporter en éternel Peter pan, cache un douloureux secret ; pour Pietro (Memphis), humble manager artistique d’un trapper arrogant et dépourvu de talent ; enfin pour Enrico (Liotti, qui prête également sa voix à la narration très importante qu’on entend hors-champ), qui est architecte, a des ambitions politiques et doit se marier avec la folle hystérique typique de ce genre d'histoire, mais rencontre au cours du périple une fascinante ancienne enseignante (Carol Alt). Au-delà des variations sur le thème, tout est du déjà vu ou très prévisible, y compris ce qui devrait être des coups de théâtre, dans cette comédie qui semble passer par les étapes obligées et ne va pas beaucoup plus loin que le simple constat qu’un enfant peut vous changer la vie. Un film léger qui, en temps de confinement, peut aider à s’évader un peu et à voyager en pensée dans les beaux décors de la côte portugaise mais qui, hélas, restera davantage dans les mémoires pour les circonstances anormales de sa distribution que pour une autre qualité qu'il pourrait avoir.

Un figlio di nome Erasmus, distribué par Eagle Pictures, est disponible sur Sky, TimVision, Chili, Google Play, YouTube, Rakuten, Huawei Video et Infinity.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy