email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2020 Marché du Film

Cannes Docs-in-Progress récompense des réalisateurs débutants

par 

- CANNES 2020 : Parmi les gagnants, Holy Craft de Joseph Magnat, Beauty of the Beast d’Anna Nemes, The Free Ones de Nicholas Levesque et Anhell69 de Theo Montoya

Cannes Docs-in-Progress récompense des réalisateurs débutants
Beauty of the Beast par Anna Nemes, qui a gagné le Prix Impact de Cannes Docs-in-Progress

Le volet Docs-in-Progress de Cannes Docs a eu lieu la semaine dernière : 32 projets ont été présentés. Ils étaient répartis dans huit vitrines : Festival international du documentaire de Buenos Aires (FIDBA), Canada, CIRCLE, Italie, Nouvelle-Zélande, ParisDOC – Cinéma du Réel, Philippines et Ukraine.

Quatre projets issus de quatre de ces sections, chacun étant un premier long-métrage documentaire pour son réalisateur, ont été primés. Voici une courte présentation de chacun d'eux.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Prix Docs-in-Progress (10 000 € d'argent comptant et un suivi professionnel soutenu par IEFTA)
Holy Craft  - Joseph Magnat (Philippines/États-Unis)
(vitrine Phillipines)

Ce documentaire du réalisateur, qui exerce entre Brooklyn et Manille, produit par le prolifique Alemberg Ang de la société philippine vy/ac Productions, se penche sur la manière dont les conceptions particulières de la religion, du travail, du capital et des questions de genres convergent dans une usine philippine de figurines catholiques, où les travailleurs LGBTQ comme les exclus prient autour de ces objets qu'ils fabriquent. Le film devrait sortir en novembre cette année.

Prix Impact (en partenariat avec Nordisk Panorama, qui offre une consultation de deux heures sur l'impact du film et la stratégie à adopter pour qu'il trouve son public)
Beauty of the Beast - Anna Nemes (Hongrie)
(vitrine CIRCLE)

Ce documentaire explore l'univers des femmes culturistes. Leur apparence sexuellement extrême les marginalise, mais la réalisatrice ne s'arrête pas à la surface de leur peau artificiellement bronzée et creuse les raisons qui les ont amenées à choisir ce style de vie. "Nous voulons enquêter sur le culturisme avec empathie et compréhension et, en même temps, offrir au spectateur un angle unique d'où observer notre société". Ce film est produit par Ágnes Horváth-Szabó et András Pires Muhi de la société ELF Pictures (Budapest). Il devrait être prêt au début de l'année prochaine.

Prix Cineli Digital (DCP offert par Cineli Digital)
The Free Ones - Nicolas Levesque (Canada)
(de la vitrine Canada)

Ce documentaire carcéral, qui devrait être prêt en septembre, se concentre sur quatre détenus qui finissent de purger leur peine dans une scierie. Un travail en usine pourra-t-il leur permettre de faire les changements nécessaires et devenir des hommes libres ? Dans le cadre de rendez-vous avec leurs instructeurs, des psychothérapeutes et d'autres intervenants, ils parlent de leurs espoirs et de leurs craintes pendant cette période de transition de six mois. Le film est produit par Levesque et Jean-Philippe Archibald, de la société canadienne Canopée.

Prix VOSTAO (sous-titrage en français et en anglais offert par VOSTAO)
Anhell69 - Theo Montoya (Colombie/Argentine/Roumanie)
(de la vitrine FIDBA)

Quelques semaines après que des membres de la scène queer de Medellín, en Colombie, aient été pris en casting pour un film de vampires, l'acteur principal, Camilo Najar, meurt à 21 ans d'une overdose d'héroïne. Dans un pays où la jeunesse est très touchée par le suicide et les overdoses, le film essaie d'analyser l'état d'esprit “no future” de cette génération. Une coproduction qui réunit Desvío Visual (Colombie), 996 Films (Argentine) et Monogram (Roumanie). Le film devrait être prêt à sortir en novembre 2021.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy