email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

GALWAY 2020

Critique : The 8th

par 

- Ce documentaire réalisé par le trio Maeve O’Boyle-Lucy Kennedy-Aideen Kane, qui évoque la campagne irlandaise “Abrogez le 8e”, a fait l’ouverture du festival Galway Film Fleadh

Critique : The 8th

Hier, la 32e édition du festival Galway Film Fleadh s’est ouverte sur la première mondiale du documentaire The 8th [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Maeve O’Boyle, Lucy Kennedy et Aideen Kane.

Le film est introduit par un bout de texte apparaissant à l’écran qui explique : "En 1983, les Irlandais ont voté pour ajouter le 8e amendement à la constitution, qui accorde au foetus un droit à la vie égal à celui de sa mère. Depuis, les activistes pour le droit à l’avortement se battent pour l’abroger". Le documentaire se concentre plus précisément sur la récente campagne pour l'abrogation du 8e amendement, qui a conduit à un référendum pour la légalisation de l’avortement tenu le 25 mai 2018 qui a enfin eu un résultat positif, ce qui a fait de l’île d'Émeraude un des derniers pays d’Europe à avoir franchi ce pas important.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le trio parvient plutrôt bien à ouvrir ce sujet polémique en montrant un bref échange entre les deux visages de la société irlandaise. Une jeune fille qui manifeste à Dublin affirme que "son corps est à elle" et une vieille dame croyante lui dit qu’il n’est pas à elle, mais qu’il a été "créé par Dieu". La discussion fait l'effet de venir d'une autre décennie (bien lointaine), mais celle-ci se passe dans le présent et dans une des nations les plus riches et les plus avancées de la planète.

La passion et le charisme de l’universitaire, féministe et militante pour les droits humains Ailbhe Smyth l’université guide le spectateur pendant la plupart du film. À travers ses paroles et ses pensées, on en apprend plus sur le déroulement de la campagne et les tragédies causées par l’absence de législation claire (ou sûre) sur le sujet. À cet égard, le documentaire souligne la célèbre affaire X, survenue en 1992, et la mort de Savita Halappanavar, à qui on a refusé sa demande d’avortement suite à une fausse couche incomplète, en 2012. Le combat authentique de Smyth pour le droit des femmes apparaît nettement à l’écran et sert de lien puissant, capable de connecter les voix les plus diverses du féminisme au cours d’une bataille pour la liberté qui va au-delà des affiliations politiques et des constructions sociales.

Au-delà de la présence de Smyth, le documentaire accueille les témoignages d’une myriade de voix favorables à la campagne pour l’abrogation du 8e amendement 8e huitième, mais il n'évoque que succinctement les motivations et combats des tenants "pro-life" (par exemple, on voit les contributions de l’archevêque et primat d’Irlande Eamon Martin et de Maria Steen,, de l’institut IONA pour la religion et la société, un groupe de lobbying catholique socialement conservateur). Ici, une exploration plus profonde de "l’autre côté des barricades" aurait rehaussé le potentiel du film. Enfin, The 8th culmine dans une sorte de moment de catharsis nationale, qui se passe après l’annonce des résultats du référendum.

Sur le plan esthétique, le film est impeccablement filmé et monté, mais adopte une approche plutôt traditionnelle, qui évoque souvent les "images d’actualité" : l’histoire de la campagne est documentée à travers des têtes parlantes, des images des manifestations, des extraits d’émissions de radio, des débats télévisés et parlementaires et des images d’archives. La bande-son lie très bien l'ensemble, et accompagne le déroulement de la campagne sans trop appuyer la narration. En somme, les grandes forces du film sont avant tout son sujet, tout à fait d’actualité (et sa future valeur historique) et la grande variété des témoignages recueillis pendant la campagne "Abrogez le 8e"

The 8th a été produit par Black Tabby Films (États-Unis) en association avec Fork Films (États-Unis) et la société irlandaise Cowtown Pictures. Il a été réalisé avec le soutien de Screen Ireland, l'agence audiovisuelle du pays. La société de distribution Break Out Pictures a récemment annoncé qu'elle lancerait le documentaire dans les cinémas irlandais cet automne.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy