email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FANTASIA 2020

Fantasia se prépare pour The Reckoning

par 

- Le légendaire cinéaste John Carpenter va recevoir le Prix Fantasia pour l’ensemble d'une carrière lors du festival, qui se tiendra en ligne

Fantasia se prépare pour The Reckoning
The Reckoning de Neil Marshall

Tout en axant ses efforts sur la nouveauté, le Festival Fantasia célèbrera sa 24e édition en mentionnant ceux qui ont ouvert la voie, notamment John Carpenter, qui a assisté à l'événement en 1998 et recevra le Prix pour l'ensemble d'une carrière. "C'est un conteur brillant sur tous les fronts, et ses œuvres inspirent des légions de réalisateurs, directeurs de la photographie et compositeurs. Je ne pense pas qu'il est exagéré de dire que c'est un des réalisateurs les plus influents de ces 45 dernières années", a dit le co-directeur et programmateur du festival Mitch Davis à Cineuropa. Le regretté José Mojica Marins, un ancien lauréat de ce prix, sera commémoré à travers la projection de ses trois films, ainsi qu'une discussion en direct avec Dennison Ramalho, co-scénariste de son film d'horreur Embodiment of Evil. "Alors que l'histoire, et l'avenir, du cinéma brésilien est actuellement menacée de plusieurs manières, qui sont inadmissibles, nous pensons qu'il est particulièrement urgent de discuter de sa nature, à la fois par amour pour Mojica et par solidarité avec les artistes brésiliens compte tenu des difficultés auxquelles ils sont confrontés", déclarent les organisateurs.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Malgré le choix d'une édition en ligne, les films ne manqueront pas. "Nous nous sommes épris de tellement d’œuvres puissantes depuis le début de notre travail de sélection à l'automne dernier que nous voulions réellement être en mesure de les soutenir et d'être là pour notre public, dans un moment où tout le monde se sent angoissé et déstabilisé. Nous nous sommes rendu compte que nous pouvions apporter beaucoup de bonheur, ajoute David. En ce qui me concerne, j'ai très envie d'aller au cinéma, mais tant qu'il n'y aura pas un traitement efficace contre le Covid-19, sinon un vaccin, je n'essaierai jamais de convaincre notre public d'y aller, sans parler de notre personnel et nos bénévoles. Être assis à l'intérieur d'un grand espace fermé pendant plus de deux heures et respirer l'air en circulation est dangereux en ce moment. En outre, avec les mesures de distanciation physique mises en place, l'expérience de projection en elle-même serait loin d'être agréable, puisque chacun serait forcé d'être assis loin de ses amis, tout en s'inquiétant si quelqu'un éternue à cause d'allergies".

Au-delà de The Legend of Baron To'a de Kiel McNaughton, qui fera la clôture du festival, des films comme You Cannot Kill David Arquette susciteront de l'intérêt : c'est un documentaire qui montre comment l'acteur s'est encore davantage immergé dans le monde du catch après sa victoire discutée au WCW World Heavyweight Championship. Mais les productions et co-productions européennes auront également leur moment, avec The Reckoning de Neil Marshall, choisi comme film d'ouverture, résumé par Davis comme étant "un boulet de canon de rage et de larmes". "Le cinéma de genre européen fait toujours l'objet d'enthousiasme, et cette année ne fait pas exception. Un thème particulier qu’on retrouve dans plusieurs films est le sentiment étrange de pays et cultures en déclin, abordé plus nettement dans l'incroyable Undergods [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Chino Moya, ainsi que dans The Reckoning, Cosmogonie [+lire aussi :
critique
fiche film
]
de Vincent Paronnaud et Lands of Murders [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Christian Alvart. Plus hermétiquement intime, il y a Time of Moulting [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Sabrina Mertens, un des films les plus troublants de tous les films de genre que nous avons vus cette année".

Dans la section Chevalier Noir, Kriya de Sidharth Srinivasan (Royaume-Uni/Inde) célébrera sa première mondiale, tandis que Marygoround [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Daria Woszek
fiche film
]
de Daria Woszek (Pologne) mettra l'accent sur un personnage principal confronté à l’approche imminente de son 50e anniversaire et à une ménopause, d'autant plus frustrante puisqu'elle n'a jamais vraiment eu de relations sexuelles. Dans la Sélection 2020, The Columnist [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Ivo Van Aart (Pays-Bas) démontrera que "l'enfer n'a pas de fureur comparable à une personne insultée sur les réseaux sociaux". Le programme comprend aussi Cosmic Candy [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Rinion Dragasaki, Sleep [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Michael Venus (Allemagne), Une sirène à Paris [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Mathias Malzieu, L'État sauvage [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de David Perrault (France) et Jumbo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Zoé Wittock
fiche film
]
et Zoé Wittock. Pour finir, Patrick [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Tim Mielants
fiche film
]
de Tim Mielants, qui se passe dans un camp de nudistes, ne laissera rien à l'imagination, et Makoto Tezuka rendra hommage à la série de manga de son père dans Tezuka's Barbara. Dans Wildland [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jeanette Nordahl
fiche film
]
de Jeanette Nordahl, Sidse Babett Knudsen propose sa version d'une Maman très chère criminelle, tandis que Yummy [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Belge Lars Damoiseaux livre tout ce que promet son slogan : "liftings, seins refaits et zombies".

The Old Man: The Movie [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, qui arrive tout droit d’Estonie, se fera aussi remarquer. Il sera suivi des documentaires The Prophet and the Space Aliens [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
ou encore d'un autre film qui fera là sa première mondiale, Texas Trip – A Carnival of Ghosts. Enfin, le film suédois Tiny Tim - King for a Day [+lire aussi :
interview : Johan von Sydow
fiche film
]
de Johan Von Sydow s'intéresse à un chanteur qui s'est rendu célèbre dans les années 60, avec l'aide d'un certain “Weird Al” Yankovic qui assure la narration. Mais ce festival ne sera pas seulement constitué de films : de nombreuses discussions et des événements exclusifs seront proposés qui seront accessibles dans le monde entier – oui, même la Surpat d'anniversaire virtuelle du réalisateur états-unien Gary Sherman. "Un festival de cinéma est une chose vivante, construite sur des expériences partagées intenses, du dynamisme, de l’anticipation ainsi qu'un sentiment d’unité. Comment une édition en ligne peut-elle avoir un sens, quand tout le monde est isolé et que les réalisateurs projettent leurs œuvres à distance ? demande Davis. Dès qu'on a trouvé des façons de résister aux restrictions, en organisant beaucoup de projections en temps réel et des dialogues virtuels en direct avec les auteurs, nous nous sommes sentis plus optimistes. Ce ne sera pas la même énergie ni la même expérience que la version physique de notre festival, mais il aura un sens et sera excitant, avec une grande quantité de nouveaux talents qui seront présentés à un public, une presse et une industrie enthousiastes. Compte tenu des circonstances, nous nous contentons allègrement de cela".

Le festival aura lieu du 20 août au 2 septembre.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Chloé Matz)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy