email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

MÁLAGA 2020

Critique : Le Mariage de Rosa

par 

- Candela Peña parvient à rendre crédible cette comédie drôle et audacieuse par Icíar Bollaín, qui retrouve l’esprit joyeux de son premier film, également interprété par l’actrice catalane

Critique : Le Mariage de Rosa
Paula Usero et Candela Peña dans La boda de Rosa

Coucou, tu es seule ? a marqué pour beaucoup la découverte d'une interprète prodigieuse, Candela Peña (qui avait fait ses débuts sur le grand écran peu avant, avec Días contados d'Imanol Uribe) et d'une grande réalisatrice naissante, Icíar Bollaín, auparavant actrice dans des merveilles comme Le Sud de Víctor Erice. Ce premier long-métrage situé en 1995 débordait de joie, d'humour et de fraîcheur. Les deux artistes retrouvent cet esprit libre, effréné et plein d'audace dans Le Mariage de Rosa [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, auquel a également contribué comme co-scénariste Alicia Luna (déjà co-auteure de Te doy mis ojos [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Bollaín, où Peña jouait un personnage secondaire).  

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le Mariage de Rosa, librement inspiré de faits réels, raconte quelque chose qui semble a priori incroyable et presque dangereusement proche de l'univers des livres de développement personnel, mais le travail d'actrice de Candela Peña fait que le film ne chute jamais dans le ridicule et qu'on le suit tout du long le sourire aux lèvres, sans oublier plusieurs éclats de rire en chemin. De plus, l'actrice de Kiki, Love to Love [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Paco León
fiche film
]
est harmonieusement secondée par Sergi López et une Nathalie Poza elle aussi fabuleuse.

De quoi parle Le Mariage de Rosa ? Il vaut mieux ne rien dire de l'intrigue, que le spectateur se laisse surprendre et que l'histoire se déploie souplement, avec une Candela qui prend à bras le corps un rôle courageux que très peu de comiques pourraient dompter. Il suffit de dire que le film défend le bonheur personnel, l'idée de s'aimer soi-même, de se battre pour accomplir ses rêves, de prendre les rênes de la vie, de ne pas attendre son plaisir des autres et de se défaire de tous ces maudits fardeaux (familiaux, sociaux, professionnels…) qu'on s'impose à soi-même sans nécessité. Le film plaide avant tout pour la liberté, sans intensité exagérée et sans dramatisation, au contraire avec une bonne dose d'humour.

Dans un moment comme celui que nous vivons actuellement, où l'optimisme et l'envie de vivre agréablement sont plus qu'un baume au coeur, presque une nécessité, Le Mariage de Rosa débarque dans les salles espagnoles prêt à imiter le succès d'une autre comédie, Padre no hay más que 2: La llegada de la suegra [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Santiago Segura, qui est parvenu à ramener le public en masse dans les cinémas (le film a réalisé plus de sept millions d'euros au box-office) après la peur causée par cette satanée pandémie.

Le Mariage de Rosa, qui va ouvrir ce vendredi 21 août la 23e édition du Festival de Malaga (décalée puisqu'elle n'aurait pu avoir lieu au printemps) et arriver simultanément dans les salles de la péninsule, est une coproduction qui a réuni Tandem FilmsTuranga FilmsSetembro Cine, La boda de Rosa la película AIE et Halley Production (France). En Espagne, le film est distribué par Filmax, en France par Memento Films. Ses ventes internationales sont gérées par The Match Factory.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy