email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT Luxembourg / Canada

Le Luxembourg et le Canada reconduisent leur mesure incitative de codéveloppement et coproduction

par 

- La collaboration historique lancée en 2018 via le Film Fund Luxembourg et le Fonds des Médias du Canada prend un nouvel élan

Le Luxembourg et le Canada reconduisent leur mesure incitative de codéveloppement et coproduction
Le directeur du Film Fund Luxembourg Guy Daleiden

À l'automne 2017, le Luxembourg (qui compte à son actif de nombreux traités de coproduction, notamment avec la Suisse, la France, l’Autriche, l’Irlande) signait avec le Canada une entente pour stimuler le co-développement et la coproduction audiovisuelle. Cette mesure historique était alors dotée d’un investissement total de 1.2 millions d'€ mis à la disposition des entreprises des deux côtés de l’Atlantique.

De 2018 à 2019, le Fonds des Médias du Canada (FMC), et le Film Fund Luxembourg (FFL) ont ainsi uni leurs forces permettant le financement de sept projets. L'initiative destinée aux œuvres télévisuelles et aux longs-métrages d'animation, visait aussi les secteurs de la réalité augmentée et virtuelle, les projets transmédia ainsi que les technologies novatrices : des domaines d'expertise particulièrement développés au sein des deux pays (via des compagnies comme a_Bahn au Luxembourg, ou Félix & Paul et l'organisme pluridisciplinaire Centre Phi au Canada). La série Cult (8 x 52'), une coproduction majoritaire canadienne (Omni Film Drama Development), co-financée par les luxembourgeois de Samsa Film, a ainsi obtenu une contribution totale de 64 000 € dans le cadre de la mesure. Du côté de la réalité virtuelle, L'Aventure VR du film Playmobil (Bidibul Productions, Kaiboo Production) a pour sa part compté sur un financement institutionnel conjoint de 308 700 €.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L'accord initial trouve son origine dans un échange entre le Film Fund et Stéphane Cardin, ancien VP des affaires publiques et des relations avec l’industrie du FMC (actuellement Directeur des politiques publiques de Netflix au Canada). Le Luxembourg cherchait alors à développer ses compétences dans le secteur des nouvelles écritures : le jumelage avec le FMC, une institution bénéficiant d’une expertise très intéressante à ce niveau, était tout à fait naturel.

Forts des résultats depuis obtenus, le FMC et le FFL annoncent désormais le renouvèlement de leur collaboration pour deux années supplémentaires (2020-2021). Le budget annuel combiné s’établira comme par le passé à environ 600 000 €. La contribution maximale totale combinée atteindra 65 000 € pour chacun des projets télévisuels ou numériques financés en développement et 320 000 € pour chacun des projets médias numériques financés en production.

Parmi les critères d'admissibilité, le coproducteur minoritaire doit détenir 15 % des droits d'auteur. Un projet codéveloppé ou coproduit par un producteur issu d'un pays tiers est admissible. Par ailleurs, les candidatures soumises doivent démontrer un potentiel d'intérêt significatif auprès des auditoires des deux pays, capable de traverser les frontières nationales. Une liste complète des principes directeurs est accessible en ligne sur cmf-fmc.ca et filmfund.lu. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 25 octobre 2020, et les décisions seront annoncées à la fin de l'année.

Interrogé sur le sujet par Cineuropa, Guy Daleiden (directeur du FFL) a évoqué une collaboration "très agréable, amicale et directe" avec le FMC. Il a ajouté que "les dossiers déposés lors des deux premiers appels à projets de la mesure étaient très intéressants et ambitieux, raison pour laquelle nous avons décidé de reconduire l’initiative en 2020. En ces temps difficiles et imprévisibles, investir dans le co-développement est encore plus déterminant. Il faut donner aux créateurs de projets innovants les moyens nécessaires pour leur permettre de consacrer suffisamment de temps à la réflexion, à la collaboration et à la conception. Pour l’édition 20/21 de la mesure, nous nous attendons à un nombre plus élevé de projets en phase de développement qu’en phase de production."

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy