email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2020 Hors-compétition

Critique : Mosquito State

par 

- VENISE 2020 : Le troisième long-métrage du producteur et réalisateur Filip Jan Rymsza suit un analyste de Wall Street qui se retrouve infecté par un moustique qui suce son sang

Critique : Mosquito State
Beau Knapp dans Mosquito State

Mosquito State [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, présenté en avant-première dans la sélection hors compétition à la Mostra de Venise ce week-end, est un de ces films qui se résume très facilement, comme une simple opération mathématique, ce qui est tout à fait approprié à l’environnement du quartier de la finance new-yorkaise. C’est en fait La Mouche + American Psycho, avec comme facteur clé Frank Kafka. Mais c’est un de ces films où une imitation même médiocre de ces références cinématographiques dépasse le réalisateur. Il crée une œuvre qui, comme son titre, est irritante et mérite une bonne giclée d’insecticide.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Filip Jan Rymsza est surtout connu pour son travail héroïque de restauration du légendaire film "perdu" d’Orson Welles The Other Side of the Wind, été présenté en avant-première à Venise il y a deux ans. Là, après deux longs-métrages dans les années 2000 passés inaperçus, il retrouve son fauteuil de réalisateur avec un film ambitieux et sincère et qui manque encore pourtant d’envergure et que l’on ne recommande pas facilement. Au-delà d’être une copie des films de Cronenberg, l’indulgence des portraits de la masculinité troublée de l’enfant terrible Vincent Gallo serait un meilleur repère pour décrire sa tonalité.

Mosquito State est un film historique sur un passé très récent. Nous sommes en août 2007, et le monde semble être un endroit étrange, plus innocent, mais où l’on devine déjà les présages de la planète déchue que nous habitons aujourd’hui. Certains pourraient même voir le thème central des insectes comme un indice involontaire d’une imminente épidémie contagieuse. Richard Boca (Beau Knapp) est un analyste ambitieux qui a fourni un modèle lucratif de spéculation financière à une société de Wall Street. Le film suit la vie vide et sans intérêt de cet homme après qu’il s’est fait piquer par un moustique dans les toilettes, ce qui ne va pas être sans conséquence. Cependant la mise en place de cette séquence est plus proche de Spider Man que de l’univers de Cronenberg que recherche par Rymsza.

En plus de se dérouler en 2007, cette séquence présente également les références et attitudes bornées caractéristiques de certains films de cette époque-là. Le rôle de Lena (Charlotte Vega), son amoureuse, est purement décoratif, et ne bénéficie pas de la même admiration que les autres personnages du monde de la finance. L’intrigue repose sur la clairvoyance et le génie incompris de Boca, un prophète qui a perçu un effondrement financier avant sa hiérarchie plutôt condescendante. Mais cette situation, ainsi que son modèle d’expertise, est présentée de manière désespérément vague, et n’a pas d’analogie réelle ou satirique avec la manière dont la récession s’est réellement produite. Le tout fait que The Big Short d’Adam McKay ressemble à un modèle d’analyse simple.

En plus de l’impression d’une époque un peu révolue, la médiocrité de certains effets spéciaux rend le film difficile à prendre au sérieux. L’efficacité des décors en plateau s’oppose aux effets extérieurs sur écran vert dépourvus de réalisme, mais qui contribue à donner au film ce caractère étrange ? Les interprétations de l’invasion des insectes sont plus réussies, car elle suggère l’aliénation de Boca à son travail et à lui-même. Malgré tout son génie formaliste, Cronenberg savait utiliser les métaphores physiques qui exprimaient le vrai pathos. Le plus grand défaut de ce film est son incapacité à rassembler ses idées, qui sont toutes pertinentes dans cette perspective moderne. Elles planent, menaçantes, mais insignifiantes, comme une mouche qui se cognerait contre le pare-brise.

Mosquito State est une production polonaise de Włodzimierz Niderhaus et Maciej Stanecki pour WFDiF, et Royal Road Entertainment.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Karine Breysse)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy