email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ZURICH 2020

Le Festival de Zurich rend hommage au (jeune) cinéma français

par 

- Pour sa 16e édition, le ZFF a décidé de miser sur les réalisatrices et sur les promesses du cinéma françaises et suisses

Le Festival de Zurich rend hommage au (jeune) cinéma français
Gagarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh

Avec pas moins de 23 premières mondiales, le Festival de Zurich confirme une nouvelle fois la volonté de faire découvrir à son public les dernières nouveautés du cinéma mondial. Le programme de cette édition compatible avec les restrictions dues à la pandémie, qui se tiendra comme toujours sur la Limmat, comprend 165 films qui représentent 47 pays, dont 23 seront projetés en première mondiale, donc, notamment beaucoup de titres européens, 11 en première internationale et 4 en première européenne. Un autre fait est à souligner : plus de la moitié des films sélectionnés dans les sections compétitives sont les oeuvres de réalisatrices femmes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La France est cette année très bien représentée, et pas seulement dans le cadre de la compétition longs-métrages de fiction, où l'on trouve Gagarine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, le premier film du duo Fanny Liatard-Jérémy Trouilh, sur la banlieue parisienne qui porte ce nom, complètement détruite en 2019, et Slalom [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Charlène Favier
fiche film
]
de Charlène Favier, qui nous fait entrer dans la tête d'une jeune athlète. La section “New World View”, entièrement dédiée à la nouvelle génération des réalisateurs français, réunit pas moins de 17 productions divertissantes, aventureuses, brillantes qui résument l'esprit d'une cinématographie en ébullition. Le Prix Golden Icon sera décerné à l'extraordinaire Juliette Binoche et le Prix "Tribute to" à la tout aussi extraordinaire Maïwenn, qui présentera son petit dernier, ADN [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, en guise de cerise sur le gâteau de cet hommage.

La cinématographie helvétique ne se trouve pas en reste, avec les nouveaux films de réalisateurs confirmés ainsi que les travaux d'une nouvelle garde d'excellence. Dans le premier groupe, on trouve My Wonderful Wanda [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Bettina Oberli (déjà présenté à Tribeca), le nouveau Stefan Haupt, Zurich Diary, tous deux au programme de la section Premières Gala, ainsi que W.-What Remains of the Lie de Rolando Colla (Séances spéciales). Dans le second groupe se détachent notamment des regards nouveaux comme ceux de Christian Johannes Koch avec Spagat [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Christian Johannes Koch
fiche film
]
, Nina Stefanka avec Miraggio (première mondiale) et Karin Heberlein avec Sami, Joe and I (première mondiale), qui ont tous les trois été invités dans la section compétitive Focus, réservée aux films suisses, allemands et autrichiens. Les films de jeunes réalisateurs sont nombreux également dans les autres sections compétitives du festival (38 en tout). Pendant le festival dans son ensemble, on pourra voir plus de 100 premiers, deuxièmes et troisièmes films par des réalisateurs émergents.

Les films européens sont nombreux cette année parmi les prétendants aux Golden Eyes dans les deux compétitions principales, fictions et documentaires. Dans la première catégorie, on trouve, au-délà des films français pré-cités, trois productions nordiques –les films danois Shorta [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Anders Ølholm et Frederik …
fiche film
]
d'Anders Ølholm et Frederik Louis Hviid ainsi que Wildland [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jeanette Nordahl
fiche film
]
de Jeanette Nordahl, et Charter [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Amanda Kernell
fiche film
]
d'Amanda Kernell (Suède/Norvège/Danemark)–, le titre hongrois Preparations to Be Together for an Unknown Period of Time [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lili Horvat
fiche film
]
de Lili Horvát et Limbo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Britannique Ben Sharrock.

Six des douze documentaires en lice sont européens : Acasa, My Home [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Radu Ciorniciuc
fiche film
]
de Radu Ciorniciuc (Roumanie), I Am Greta [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nathan Grossman
fiche film
]
de Nathan Grossman (Suède), King of the Cruise [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Sophie Dros (Pays-Bas), The Painter and The Thief [+lire aussi :
critique
interview : Benjamin Ree
fiche film
]
de Benjamin Ree (Norvège) et les coproductions Songs of Repression [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Estephan Wagner et Mariann…
fiche film
]
d'Estephan Wagner et Marianne Hougen-Moraga (Danemark/Pays-Bas) ainsi que The Earth Is Blue as an Orange [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Iryna Tsilyk
fiche film
]
d'Iryna Tsilyk (Ukraine/Lituanie).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy