email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LONDRES 2020

Critique : Mangrove

par 

- Ce nouveau film de Steve McQueen est un incroyable tableau de la violence policière en Grande-Bretagne qui souligne le problème du racisme institutionnalisé

Critique : Mangrove

Mangrove [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, qui devait initialement jouer à Cannes et vient de faire sa première en ouverture du Festival de Londres, est le meilleur de Steve McQueen à ce jour (ce qui n'est pas peu dire). L’ombre de la Grenfell Tower plane largement sur ce magnifique récit dédié aux Neuf de Mangrove, un groupe de citoyens noirs qui ont été traduits en justice pour émeutes et échauffourées après une manifestation contre la violence policière organisée le 9 août 1970 à North Kensington, une zone de baraquements populaire auprès des nouveaux arrivants caribéens de la "génération Windrush". Cette affaire reste dans les annales comme la première reconnaissance judiciaire des comportements motivés par la haine raciale au sein de la police.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dans ce tableau des rues, avec vêtements et voitures d’époque (la reconstitution historique est globalement très juste), on voit souvent au second plan une tour de la Cité Lancaster West, à moitié construite. Les travaux sur la Tour Grenfell ont en fait commencé en 1972, mais les bouts de gratte-ciel en construction qu'on entrevoit au loin sont un rappel constant du fait que les problèmes d'oppression des minorités par l’État sont aussi prééminents aujourd’hui qu’ils l'étaient à l’époque sur laquelle revient ce film incroyable, quand la zone était une zone d'urbanisation prioritaire aux fins d'éliminer les bidonvilles en construisant de nouveaux logements sociaux et la voie à double chaussée dite Westway.

Mangrove est un récit inspiré sur la manière dont la communauté noire a toujours dû, en usant de son cran, sa détermination, sa décence morale et quelques stratagèmes, se battre pour établir sa place en Angleterre, un pays désespéré de faire venir des citoyens du Commonwealth pour toutes sortes de travaux ingrats après la Seconde Guerre mondiale, mais qui a reçu ces aventuriers immigrants en leur opposant racisme et violence policière.

McQueen commence sur l’ouverture par Frank Crichlow (Shaun Parkes) du restaurant de Mangrove en 1968. Ses plats caribéens épicés en ont fait un lieu populaire pour la communauté noire, mais aussi une cible pour le commissaire de police raciste Pulley (Sam Spruell), qui y mène une série de raids policiers acharnés aux fins d'empêcher le commerce de fonctionner et d’intimider les tenanciers de l'établissement. Une scène se termine sur l'image d'une passoire qui continue de se balancer sur le sol de la cuisine, et McQueen tient ce plan suffisamment longtemps qu’on réfléchisse et pour apporter un temps de respiration dont le public a besoin, mais auquel nos personnages n'ont pas droit.

Après ces raids, il est décidé qu’une manifestation aura lieu, dont plusieurs protagonistes sont amoureusement présentés par McQueen à travers leur vie à la maison, leur activisme, leurs moments au pub ou sur le terrain vague de Mangrove. Les performances des comédiens sont toutes formidables, mais ceux qui se détachent vraiment parmi les Neuf de Mangrove sont Letitia Wright dans le rôle de l'activiste Black Panther Altheia Jones-LeCointe, et Malachi Kirby dans celui du commentateur intellectuel et politique Darcus Howe. C'est la police qui attaque les manifestants, et pourtant ce sont ces derniers qui sont accusés ensuite. Le restaurant et les scènes de rue sont filmés de manière très évocatrice par Shabier Kirchner dans un superbe 35 mm, bien soutenu par la musique de Mica Levi.

L’utilisation de photographies de l’époque et de scènes du procès permettant de descendre les structures institutionnelles qui aboutissent souvent à des injustices liées aux préjugés rappelle To Encourage the Others d'Alan Clarke (1972). Le juge Edward Clarke, joué par Alex Jennings, est un personnage têtu qui semble déterminé à cajoler le jury de manière à ce qu’il soit du côté du procureur.

C’est la première fois que McQueen fait un film sur la vie des noirs britanniques et la bonne nouvelle, compte tenu du haut niveau de ce film, c’est que quatre autres vont suivre en 2020. Mangrove fait partie d'un lot de cinq films produits par la BBC et Amazon sous l’étiquette “Small Axe”, qui vont s’intéresser à des moments profonds de l’histoire des noirs britanniques.

Mangrove a pour producteurs délégués Steve McQueen pour sa société britannique Lammas Park, Tracey Scoffield et David Tanner pour Turbine Studios (Royaume-Uni), Lucy Richer pour BBC One et Rose Garnett pour BBC Filmse. Le film a été coproduit par Amazon Studios aux États-Unis. Les ventes internationales du film sont assurées par BBC Worldwide.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy