email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE / MARCHÉ France

Le Groupe Ouest mène à bon port sa Sélection Annuelle

par 

- Surmontant les écueils de situation sanitaire, Le Groupe Ouest a réussi à accompagner les huit projets d'auteurs émergents de sa résidence d'écriture

Le Groupe Ouest mène à bon port sa Sélection Annuelle
Les réalisateurs Lukas Dhont et Angelo Tijssens, dont le projet Close fait partie de la sélection

"En 2020, la Sélection Annuelle du Groupe Ouest a été organisée pour la première fois pour moitié seulement en résidence sur les plages de Plounéour-Brignogan. COVID oblige, la moitié des sessions ont eu lieu en ligne. Et pourtant, les huit projets-lauréats de l'année génèrent un cocktail d'une force rarement égalée, se frottant à des problématiques urgentes, nécessaires et puissamment humaines." Pour Antoine Le Bos et Charlotte Le Vallégant qui codirigent la résidence d'écriture et de coaching, la satisfaction est de mise puisque les auteurs ont été efficacement accompagnés d'avril à décembre 2020 par des consultants eux-mêmes scénaristes (Marcel Beaulieu, Séverine Cornamusaz, Atiq Rahimi, et Pierre Hodgson).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La Sélection annuelle 2020 qui compte six premiers longs et deux deuxièmes (Close de Lukas Dhont et Angelo Tijssens et Paris 8 de Daouda Coulibaly) et dont les mini-synopsis avaient été dévoilés en avril dernier sur Cineuropa (lire la news) est désormais accessibles dans le détail via un Livre des Projets - Sortie de Résidence (ici, en français). Voici en quelques mots les intentions de auteurs.

Quand ce sera la fin du monde, on sera riches - Rémi Allier (production : Films Grand Huit et Wrong Men)
Comment une enfant peut-elle se construire et trouver l’amour et la sécurité dans un contexte rude et précaire, au contact d’une mère qui l’élève dans le déni du danger nucléaire et dans la méfiance des informations officielles et des médias ?

Paris 8 - Daouda Coulibaly
Adaptation du livre Voyage de classes du sociologue Nicolas Jounin. Filmer la construction, puis l’émergence d’un discours. Donner à voir la libération d’une parole prisonnière. Et si possible, donner envie de la recueillir.

Welcome in North Korea - Jan Czarlewski et Carlotta Verny
À quoi ressemble la vie des diplomates nord-coréens et de leurs familles à Londres ? Entre comédie, tragédie et film d’espionnage dans le sillage de la famille de l’ambassadeur adjoint qui ne croit plus au régime criminel qu’il défend.

Close - Lukas Dhont et Angelo Tijssens (production : Menuet)
Une histoire sur la connexion, l’amitié et la perte de celle-ci. Selon le psychologue américain Niobe Way, les garçons apprennent à garder leurs distances, en particulier les uns par rapport aux autres. À une époque pleine d’exemples masculins toxiques, un film sur des garçons qui conversent et prennent leurs responsabilités.

Résistance - Jérémy Bernard, Guillaumes Desjardins, Bastien Ughetto
La résistance contemporaine des individus face aux intérêts privés. Des exemples comme Notre-Dame-des-Landes, le village de Plogoff, la Centrale nucléaire de Lemoiz, etc., ont inspiré une histoire ancrée dans une France profonde, légèrement anticipée, où l’eau est devenue le nouvel enjeu financier.

L'Ours et l'Ermite - Delphine Maury et Marine Blin (production : Tant Mieux Prod)
La beauté des dessins de Quentin Blake associée au portrait d’une amitié improbable. Une histoire de tolérance et de regards. Une année passée ensemble, au fil des saisons qui rythment la vie de la forêt. Qu’est-ce que l’homme a à apprendre de la nature et vice-versa ?

Le Géant dans l'Oursin - Jean-Claude Rozec
Mélange de film de capes et d’épées et de fantasy. Durant les années qui ont suivi la Révolution Française, quand la volonté de construire une société plus juste a paradoxalement engendré la violence et l’obscurantisme représentés par le surgissement d’un géant incontrôlable, symbole de superstitions et de pulsions refoulées.

J'ai attrapé un esprit - Julien Silloray
À travers l’expérience d’un deuil, la trajectoire identitaire d’un jeune Guadeloupéen pris entre deux mondes, dans un conflit familial illustrant son conflit intérieur et à l’image du dilemme identitaire antillais : un peuple métis qui tantôt renie sa part blanche tout en aspirant à un mode de vie occidental, tantôt revendique sa négritude tout en rejetant l’héritage africain.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy