email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LUXEMBOURG 2021

Le 11e Luxembourg City Film Festival se dévoile

par 

- Premières, projections hybrides, hommages à Terry Gilliam et William Friedkin : c’est au tour du plus important festival du Grand-Duché de se réinventer face à la pandémie

Le 11e Luxembourg City Film Festival se dévoile
Becoming Mona de Sabine Lubbe Bakker et Niels van Koevorden

La 11e édition du Luxembourg City Film Festival se tiendra du 4 au 14 mars en salles, mais aussi en ligne grâce à un partenariat avec Festival Scope et Shift72. Ainsi les compétitions Fictions et Documentaires seront disponibles par le biais de projections virtuelles le lendemain de leurs présentations en physique. De plus, c’est Nomadland de Chloé Zhao, avec l’exceptionnelle Frances McDormand, qui ouvrira les hostilités.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les spectateurs pourront apprécier une compétition disputée sur cinq continents, débouchant sur le Grand Prix by Orange. On y retrouvera la coproduction belgo-néerlandaise Becoming Mona de Sabine Lubbe Bakker et Niels van Koevorden, l’italien Assandira [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Salvatore Mereu
fiche film
]
de Salvatore Mereu, ou encore les sensations de la dernière Mostra de Venise, le puissant La Voix d’Aida [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jasmila Žbanić
fiche film
]
de Jasmila Žbanić (primé au Jerusalem Film Festival et Les Arcs Film Festival) et The Whaler Boy [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Philipp Yuryev
fiche film
]
de Philipp Yuryev (gagnant des Giornate degli Autori). À noter également la présence de Los lobos (Mexique) de Samuel Kishi Leopo, Aristocrats (Japon) de Yukiko Sode, Air Conditioner (Angola) de Fradique ou encore Careless Crime (Iran) de Shahram Mokri (dont le synopsis qui, remis dans le contexte iranien, atteint une haute portée politique : quatre personnes ordinaires décident d’aller incendier une salle de cinéma pleine...).

Grande nouveauté : les six documentaires éligibles au Prix BGL BNP Paribas seront pour leur part analysés par un jury international composé des membres de Europa Film Festivals. Lancé l’an dernier, ce réseau compte dans ses rangs des manifestations d’envergure comme celles de Genève, Galway, Montréal, Hambourg ou Reykjavik (lire la news). Parmi la cuvée 2021, on retient la présence du curieux Nemesis [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, dans lequel le suisse Thomas Imbach a filmé sept ans durant la destruction de la gare de Zurich à partir d’une fenêtre ; le poétique The Metamorphosis of Birds [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Catarina Vasconcelos
fiche film
]
, avec lequel la Portugaise Catarina Vasconcelos a été à Berlin 2020 et primée à Vilnius, San Sebastián et le DokuFest Prizren ; l’émouvant The Mole Agent [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, de la Chilienne Maite Alberdi (présenté à Sundance 2020, primé à San Sebastián et à présent shortlisté pour les Oscars du Meilleur documentaire et du Meilleur Film International) ; ou encore le vainqueur du CPH:DOX Songs of Repression [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Estephan Wagner et Mariann…
fiche film
]
, où Estephan Wagner et Marianne Hougen-Moraga plongent au cœur de l’affaire de Colonia Dignidad, cette communauté sectaire du Chili tristement connue pour avoir hébergé les atrocités perpétrées sur des enfants par le nazi Paul Schäfer, ami du dictateur Pinochet. A leurs côtés, on y retrouve Once Upon A Time in Venezuela [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
d’Anabel Rodríguez Ríos, à propos du petit village de Congo Mirador, posé sur pilotis, et Gevar's Land (France/Qatar) de Qutaiba Barhamji.

Les œuvres hors-compétition réunies par le directeur artistique Alexis Juncosa feront la part belle à des titres ayant bénéficié du Label Cannes, à l’instar du français Gagarine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Fanny Liatard et Jérémy Tr…
fiche film
]
(Fanny Liatard, Jérémy Trouilh) et du chinois Striding Into the Wind, premier récit autobiographique du cinéaste Shujun Wei. Le drame De nos frères blessés de Hélier Cisterne, peu montré jusqu’à présent, vient embellir la sélection : cette fiction politico-historique basée sur des faits réels plonge en pleine guerre d’indépendance algérienne. On y retrouve la comédienne luxembourgeoise Vicky Krieps, aux côtés du français Vincent Lacoste. Les spectateurs pourront aussi apprécier le film de loup-garou Teddy [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Ludovic et Zoran Boukherma, qui vient de repartir du Festival du film fantastique de Gérardmer avec le Prix du Jury et celui du Jury Jeunes.

La traditionnelle section Made in/With Luxembourg fera la lumière sur plusieurs primeurs, dont l’original docu-fiction An Zero – Comment le Luxembourg a disparu de Myriam Tonelotto et Julien Becker sur les répercussions qu’auraient une catastrophe nucléaire survenant aux frontières du Grand-Duché.

Cette année, le LuxFilmFest posera à nouveau ses valises au Casino Luxembourg Forum d’art contemporain (quartier général) et déploiera plusieurs cartes blanches, dont avec le centre culturel Neimënster (projection de Gunda [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Victor Kossakovsky) et le Musée Dräi Eechelen (The Flying Circus [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Fatos Berisha
interview : Fatos Berisha
fiche film
]
de Fatos Berisha). Pour sa part, l’Ambassade du Canada accompagnera la présentation de Nadia, Butterfly du québécois Pascal Plante. En plus de l’exposition Ready. Set. Design. Le décor de cinéma au Luxembourg au Cercle Cité, le Festival accueillera les géants William Friedkin et Terry Gilliam. Ils feront l’objet de rétrospectives et se prêteront au jeu de deux masterclass inédites.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy