email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2021 EFM

Charades à pleine vitesse vers Berlin online

par 

- Cinq nouveautés dont Une femme du monde et The Scars of Ali Boulala, et six titres en post-production, brillent au copieux line-up du vendeur français

Charades à pleine vitesse vers Berlin online
The Scars of Ali Boulala de Max Ericsson

Très représentative d’un esprit positif se propulsant au-delà des aléas de la gestion crispée de la crise sanitaire, la société française de ventes internationales Charades offrira aux distributeurs de nouvelles perspectives à l’European Film Market (en ligne du 1er au 5 mars) de la 71e édition de la Berlinale.

En effet, ce ne sont pas moins de cinq nouveautés qui viennent enrichir le très large line-up de l’équipe de Yohann Comte, Carole Baraton, Pierre Mazars et Constantin Briest. Parmi elles se distinguent notamment le long métrage français Une femme du monde (Her Way) de Cécile Ducrocq (avec Laure Calamy en tête d’affiche – lire l’article – prévendu sur scénario et promo) et le documentaire The Scars of Ali Boulala du Suédois Max Eriksson dont plusieurs extraits ont été dévoilés le mois le mois dernier au Work in Progress des Arcs Film Festival. Ali Boulala devint une légende dans les années 1990 en étant considéré comme le plus téméraire et excentrique skateboarder de son époque. Mais en 2007, un tragique accident de moto l’impliquant avec son coéquipier bouleversa pour toujours la vie d’Ali et la communauté du skate. En utilisant des archives privées et de séquences tournées récemment, le film retrace l’ascension et la chute d’Ali, mais aussi son chemin vers une possible rédemption. Car Ali doit maintenant décider s’il est prêt à affronter son passé ou si certaines blessures ne peuvent être guéries. Un premier long métrage prévendu sur teaser et qui été produit par Mario Adamson et Ashley Smith pour la société suédoise Sisyfos Film Production et coproduit par Anita Norfolk pour la structure norvégienne Folk Film, avec notamment le soutien du Swedish Film Institute.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Un autre film scandinave arrive au line-up, promoreel à l’appui, avec le thriller teinté de comédie Wild Men du Danois Thomas Daneskov (en post-production, produit par Nordisk Film Spring). Et Charades lance aussi les ventes directement avec une première mondiale de marché pour Boiling Point de l’Anglais Philip Barantini (produit par Burton Fox Films) qui plonge Stephen Graham dans le rôle d’un chef travaillant dans l’un des plus grands restaurants de Londres, et au cœur de l’énorme pression professionnelle du vendredi précédent Noël, sur fonds de dettes, d’addiction et d’implosion de sa vie personnelle.

Enfin, le 5e titre annoncé est le film d’animation en production Belle du maestro japonais Mamoru Hosoda (dont l’opus précédent, Mirai, déjà vendu par Charades, avait été dévoilé à la Quinzaine des Réalisateurs 2018).

A signaler également le premier trailer pour le film d’animation Dogtanian And The Three Muskehounds, une adaptation des aventures des célèbres personnages romancés par Alexandre Dumas. Cette production des Espagnols d’Apolo Films avec Cosmo Maya (Singapour/Inde) est un reboot d’un programme à succès de dessins animées japonais diffusé au début des années 80.

Au rayon post-production du line-up pointent six films, dont cinq prévendus sur promoreel : Petrov’s Flu [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Russe Kirill Serebrennikov, Madeleine Collins d’Antoine Barraud, Le Trésor du Petit Nicolas (Little Nicolas’ Treasure) de Julien Rappeneau, Le Test (The Test) d’Emmanuel Poulain-Arnaud (article) et le film d’animation en stop motion Même les souris vont au paradis du duo tchèque Denisa Grimmová - Jan Bubenícek. Pour sa part, La Brigade (The Kitchen Brigade) de Louis-Julien Petit (lire l’article) dont le tournage est sur le point de se terminer, bénéficiera d’un showreel.

A l’EFM en ligne, Charades complètera aussi les ventes pour une dizaine de films terminés dont l’excellent et très original Sous le ciel d’Alice de Chloé Mazlo (avec au casting l’Italienne Alba Rohrwacher), labellisé par la Semaine de la Critique de Cannes 2020 et qui n’a pas encore fait sa première internationale officielle.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy