email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS France

L’Allemagne à Paris

par 

Démarrage aujourd’hui à Paris du 8e Festival du cinéma allemand. Jusqu’au 23 octobre, la manifestation organisée par l'Export-Union du Cinéma Allemand en partenariat avec le cinéma l’Arlequin et le Goethe-Institut va proposer un panorama complet de la production venue d’Outre-Rhin qui connaît actuellement un regain de popularité en France dans le sillage du phénomène Goodbye Lenin! [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Wolfgang Becker
fiche film
]
.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Les 11 films projetés en présence de leurs réalisateurs dans la section "Cinéma d'aujourd'hui" constitueront une introduction à la diversité du 7e art allemand. En ouverture, Rosenstrasse [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Margarethe von Trotta sera suivi par Le Bois lacté (Milchwald) de Christoph Hochhäusler, La Classe volante (Das fliegende Klassenzimmer) de Tomy Wigand, Coeur d'éléphant (Elefantenherz) de Züli Aladag, Les Enfants de la colère [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(Führer Ex) de Winfried Bonengel, Le Miracle de Berne (Das Wunder von Bern) de Sönke Wortmann, Mon père (Mein Vater) d’Andreas Kleinert, Au loin les lumières (Lichter) de Hans-Christian Schmid, Une offrande musicale (Mein Name ist Bach) de Dominique de Rivaz, Rivers and tides (L'œuvre du temps) de Thomas Riedelsheimer et Schussangst de Dito Tsintsadze/

Par ailleurs, le Goethe-Institut a concocté une sélection de sept films baptisée "Ciné Allemand" destinée aux collégiens et lycéens, avec comme thème central les préoccupations de la jeunesse actuelle. Comprenant notamment Good Bye, Lenin! de Wolfgang Becker, Otomo de Frieder Schlaich , Oublie l'Amérique de Vanessa Jopp, Cours Lola, cours! de Tom Tykwer, Voyage scolaire de Henner Winckler et Julie en juillet de Fatih Akin, ce programme fera ensuite un Tour de France.
De l’avenir, il sera également question avec la section "Next Generation", des courts-métrages réalisés dans les meilleures écoles de cinéma allemandes. Et un cycle de films de l’Underground a aussi été prévu par le Goethe-Institut avec en vedette Nina Hagen et Nico, avant que le festival ne se clôture avec le Journal d'une fille perdue de Georg Wilhelm Pabst en ciné-concert. A noter que le festival sera repris prochainement à la Cinémathèque de Toulouse et à l'Institut Lumière de Lyon.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy