email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LOCARNO 2021

Nouveaux talents et cinéastes expérimentés réunis dans la section Pardi di domani 2021

par 

- Alors que Locarno s’apprête à démarrer, Cineuropa passe en revue une petite sélection de courts-métrages européens proposés dans la section Pardi di domani du festival

Nouveaux talents et cinéastes expérimentés réunis dans la section Pardi di domani 2021
The Sunset Special de Nicolas Gebbe

La section Pardi di domani, consacrée aux courts et moyens métrages du Festival de Locarno, a toujours été un événement marquant, offrant une riche diversité de films, événement que le festival lui-même définit comme un "terrain d’expérimentation et de poésie innovante". Comme les années précédentes, il y aura une compétition internationale et une compétition suisse, mais 2021 verra également l’arrivée du Concorso Corti d’autore, sélection de courts-métrages de réalisateurs aguerris.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La compétition internationale présente un certain nombre d’œuvres expérimentales avec notamment FIRST TIME (The Time for All but Sunset – VIOLET) (Nicolaas Schmidt, Allemagne). Le film commence par une publicité Coca-Cola des années 1980, accompagnée de la chanson "First Time" de Robin Beck. S’ensuit un voyage en train au cours duquel la caméra filme deux passagers pendant la quasi-totalité des 50 minutes du film. Les personnages se regardent sans se parler, seule la musique accompagne leurs regards et la vue par la fenêtre. Ce qui semble d’abord être un exercice de séduction envers le public se transforme rapidement en une exploration sincère et émouvante du pouvoir de transformation de la musique et de la mémoire, et de la subtilité des interactions humaines dans la vie quotidienne.

The Sunset Special (Nicolas Gebbe, Allemagne) est un film plus incisif. Deux personnages, dont la voix est synthétisée par ordinateur, explorent la vie parfaite. Le film d’animation, composé de codes informatiques déformés, est une satire glaçante sur la futilité des ambitions de la classe moyenne et la vacuité d’une grande partie de la vie moderne.

L’animation de Špela Čadež, Steakhouse (Slovénie, Allemagne/France) est plus classique. Une violente dispute autour d’un steak trop cuit tourne au vinaigre. Si la fin reste dans les mémoires, le film, dans son ensemble, est une réflexion intelligente sur la manière dont la colère refoulée, enfouie dans la plupart des relations, est toujours prête à exploser.

Diana Cam Van Nguyen a recours à l’animation dans son documentaire Love, Dad (République tchèque/Slovaquie) lorsqu’elle se plonge dans les lettres écrites par son père 15 ans auparavant. Par une approche fragmentaire et discontinue, le film évoque les fragments de mémoire et la douleur d’affronter les vérités du passé.

Autre documentaire sur la confrontation du passé, In Flow of Words (Eliane Esther Bots, Pays-Bas) dans lequel les trois interprètes du Tribunal pénal international de l’ex-Yougoslavie racontent leur histoire. Avec un détachement esthétique, le film montre l’expérience des protagonistes dont le travail consiste à rester impassible face à des récits d’une horreur inimaginable. Cela donne lieu à une histoire exceptionnelle et émouvante qui aborde les traumatismes individuels et collectifs.

Dans la section Concorso Corti d’autore, nous trouvons le nouveau court-métrage du lauréat de l’Ours d’or de cette année, Radu Jude : Caricaturana (Romanie) s’intéresse à une série de lithographies populaires du 19e siècle sur un escroc sans scrupules et, avec cette satire subtile caractéristique des films de Jude, les regarde à travers le prisme de l’époque moderne. Le réalisateur d’Un couteau dans le cœur [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nicolas Maury
interview : Yann Gonzalez
fiche film
]
, Yann Gonzalez propose dans Fou de Bassan un film incontestablement érotique, qui regorgent d’éclairages au néon et de sons de synthétiseur. De leur côté, Patrick Bresnan et Ivete Lucas, dont le précédent court-métrage Skip Day a connu un énorme succès sur le circuit des festivals, reviennent avec Happiness Is a Journey (États-Unis, Estonie), un documentaire émouvant sur les ouvriers chargés de préparer les journaux pour la livraison la nuit précédant Noël. Ce film évoque le travail acharné des hommes face à un monde parfois insensible.

Ci-dessous, le programme complet des différentes sections de Pardi di domani :

Pardi di domani – Compétition internationale

The Infernal Machine (A Máquina Infernal) - Francis Vogner Dos Reis (Brésil)
And Then They Burn the Sea - Majid Al-Remaihi (Qatar)
Suncatcher (Atrapaluz) - Kim Torres (Costa Rica/Mexique)
Christmas (Dōng dōng de shèng dàn jié) - Fengrui Zhang (Chine/États-Unis)
Neon Phantom (Fantasma Neon) - Leonardo Martinelli (Brésil)
FIRST TIME [The Time for All but Sunset - VIOLET] - Nicolaas Schmidt (Allemagne)
Playtime (Giochi) - Simone Bozzelli (Italie)
Home (Imuhira) - Myriam Uwiragiye Birara (Rwanda)
In Flow of Words - Eliane Esther Bots (Pays-Bas)
Night (Layl) - Ahmad Saleh (Allemagne/Qatar/Jordan/Palestine)
Les Démons de Dorothy - Alexis Langlois (France)
Love, Dad - Diana Cam Van Nguyen (République tchèque/Slovaquie)
Mask - Nava Rezvani (Iran)
Dad's Sneakers (Papyni krosivky) - Olha Zhurba (Ukraine)
Sound of the Night (Somleng reatrey) - Chanrado Sok, Kongkea Vann (Cambodge)
Squish! - Tulapop Saenjaroen (Thailande/Singapour)
Steakhouse - Špela Čadež (Slovénie/Allemagne/France)
The Sunset Special - Nicolas Gebbe (Allemagne)
Strawberry Cheesecake - Siyou Tan (Singapour)
Time Flows in Strange Ways on Sundays (Yi Yi) - Giselle Lin (Singapour)

Pardi di domani – Compétition nationale

After a Room - Naomi Pacifique (Royaume-Uni/Pays-Bas/Suisse)
Dream Racing (Cavales) - Juliette Riccaboni (Suisse)
Chute - Nora Longatti (Suisse)
Dihya - Lucia Martinez Garcia (Suisse)
Thing (Ding) - Pascale Egli, Aurelio Ghirardelli (Suisse)
It Must (Es muss) - Flavio Luca Marano, Jumana Issa (Suisse)
Four Pills at Night - Leart Rama (Kosovo/Suisse)
Mr. Pete & the Iron Horse - Kilian Vilim (Suisse)
Real News - Luka Popadić (Suisse/Serbie)
The Life Underground - Loïc Hobi (Suisse)

Pardi di domani - Concorso Corti d’autore

CaricaturanaRadu Jude (Romanie)
Creature (Criatura)María Silvia Esteve (Argentine/Suisse)
Dead Flash - Bertrand Mandico (France)
Fou de Bassan - Yann Gonzalez (France)
Happiness Is a Journey - Ivete Lucas, Patrick Bresnan (États-Unis/Estonie)
Hotel Royal - Salomé Lamas (Portugal)
How Do You Measure a Year? - Jay Rosenblatt (États-Unis)
Il faut fabriquer ses cadeaux - Cyril Schäublin (Suisse)
Penalty Shot (Kazneni udarac) - Rok Biček (Croatie/Slovénie/Autriche)
Se posso permettermi - Marco Bellocchio (Italie)

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Karine Breysse)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy