email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FANTASIA 2022

Critique : Viejos

par 

- Dans ce film transpirant d’horreur par les Espagnols Raúl Cerezo et Fernando Gonzalez Gomez, la température monte, et la tension aussi

Critique : Viejos
Zorion Eguileor et Gustavo Salmerón dans Viejos

Viejos [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Raúl Cerezo, Fernando Gonz…
fiche film
]
, qui est le film parfait à voir en ces temps de canicule, montre à quel point les choses peuvent tourner mal quand il fait vraiment, vraiment chaud. Il ne s'agit pas d'un de ces films d’été faciles et légers que tout le monde peut apprécier : ici, la température rend l'air irrespirable et vous grille le cerveau au point que rien n’est plus clair. Est-ce que votre grand-père chéri, Manuel (Zorion Eguileor), est juste fatigué ou est-ce qu’il est devenu fou ? Est-ce que tout le monde devrait fuir ou est-ce qu'il suffit de rester hydraté ? Difficile de prendre des décisions judicieuses quand on transpire comme un boeuf, mais attention, hésiter trop longtemps pourrait vous coûter cher.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Après la mort tragique de son épouse, jugée un suicide, les choses empirent significativement pour notre homme. Sa famille vient l’aider mais de mauvais coeur, car il y a déjà entre autres maints sujets de disputes. Ils ont peur de ce qu'il fait, parfois, et de ses accès de violence, mais ils ne font pas grand-chose à ce propos, même quand il leur dit comme si de rien n’était qu’il va les tuer. "Papy est vieux et triste. C’est normal, non ?", dit sa petite-fille, et cela fait partie du charme tordu du film. Si tout le monde vous méprise déjà, pourquoi ne pas s’en servir ? Pourquoi ne pas se délecter de leur sentiment de culpabilité et de leur pitié, pour ensuite passer à l'attaque ?

Ce dispositif à lui seul fait de ce film d’horreur espagnol une proposition très atmosphérique, qui vient de recevoir un prix cette année au festival Fantasia grâce à l'interprétation engagée et complexe d'Eguileor. Pendant très longtemps, rien n’est clair ici, à part le fait que ces gens en état de souffrance vont forcément exploser à un moment. Mais au-delà des frayeurs qu'ils nous offrent, il y a quelque chose d’inconfortablement réel ici que Raúl Cerezo et Fernando González Gómez essaie de rendreSi être vieux est "dégueu" et que personne ne vous écoute jamais, on peut soit l'accepter, soit se rebeller. La seconde option est sans doute plus amusante.

D'une certaine manière, Viejos est un film sur le fait d'être ignoré, voire invisible. Et pourtant, bien que personne ne soit intéressé par ses souvenirs, ça n'empêche pas Manuel d’en parler. Ainsi, les vieilles rengaines reviennent et les vieilles histoires sont re-racontées – parfois, le passé empoigne le présent par la gorge et refuse de lâcher.

Bien que les réalisateurs aient pour ce film retrouvé certains de leurs collaborateurs antérieurs, notamment le chef opérateur Ignacio Aguilar, c’est une histoire plus profonde que celle de leur film précédent, The Passenger, [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Raúl Cerezo et Fernando Go…
fiche film
]
que le duo nous présente ici. Elle est souvent déplaisante, et pourtant captivante, en plus d'être bien filmée, dans des tons de marron et de jaune qui donnent le sentiment d'être face à un monde qui est déjà mort et desséché. La fin n’est pas aussi satisfaisante que ce qui vient avant, et fait l'effet d’être étrangement peu mémorable, mais aussi bizarre que ce film puisse être, Viejos n'en reste pas moins une sorte de déclaration de principe. Ces gens veulent être vus, ils veulent qu'on remarque leur présence et partager leurs expériences. Donc ouvrez les yeux et regardez-les, ou soyez prêts à payer.

Viejos a été produit par Jose Luis Rancaño. C'est une production de Persons Films et La Dalia Films. Les ventes internationales du film sont assurées par Filmax.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy