email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LOCARNO 2022 Cineasti del presente

Critique : How Is Katia?

par 

- Christina Tynkevych se lance dans le long-métrage avec l’histoire d’une infirmière en ambulance qui a du mal à se remettre de la mort d’un enfant

Critique : How Is Katia?
Anastasia Karpenko dans How is Katia?

Au début du premier long-métrage de Christina Tynkevych, How is Katia? [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Christina Tynkevych
fiche film
]
, qui vient d’être projeté à Locarno dans la section Cineasti del presente, Anya (Anastasia Karpenko), trentenaire, et sa fille Katia (Kateryna Kozlova) se rendent sur le site de construction de leur futur appartement, pour lequel Anya a pris un prêt. Katia danse sur de la musique pop et demande à sa mère de lui acheter un lit à baldaquin. Anya et Katia sont très proches. Katia, bien qu'elle soit une adolescente ordinaire, ne veut même pas aller en excursion à Lviv avec sa classe, parce qu’elle veut participer aux économies pour l'appartement. Anya lui répond que ce n’est pas nécessaire. Leur relation mère-fille semble idéale, mais la tragédie va frapper : sur le chemin de l’école, Katia se fait renverser par une voiture. Après quelques temps à l’hôpital, en soins intensifs, l'enfant meurt, et Anya va devoir gérer l’horreur de ce deuil.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce premier long-métrage de Christina Tynkevych est né d'un court-métrage réalisé précédemment, projeté au Festival d'Odessa il y a quelques années. La réalisatrice explique que c'est son grand intérêt pour la question de savoir s’il est possible de survivre à la douleur de la mort d’un enfant unique qui l’a amenée à faire un film plus long sur ce sujet.

Dans le film, la responsable de l'accident fatal est une jeune de 18 ans qui est la fille d’un candidat aux élections municipales, élément qui rapproche l'histoire de la réalité. En effet, en Ukraine, les affaires de ce genre sont fréquentes, quand les gens des hautes sphères corrompues veulent éviter les poursuites. Cependant, cette situation est d'ampleur internationale, et Anya doit gérer non seulement la corruption au sein de la police et du système judiciaire, mais aussi à l’hôpital, où elle travaille elle-même. Elle doit passer par différents cercles de l’Enfer et se retrouve dans une impasse quand sa sœur la trahit. Son amant, qui a sa propre famille, ne veut pas non plus aider Anya. Elle doit gérer la souffrance de son deuil seule, ce qui l'amène à une déception écrasante dans le final.

En plus d’être un film sur la corruption, How is Katia?  est une tendre déclaration sur l’amour d’une mère pour son enfant, ainsi qu’une tentative de comprendre s'il est possible de se libérer de la douleur après une revanche conditionnelle. À la fin, le film boucle la boucle et revient là où il a commencé, et bien que l’héroïne ne soit plus la même, Tynkevych offre au spectateur une petite lueur d’espoir.

Le style visuel du film ainsi que la forme du récit renvoient à la Nouvelle Vague roumaine – la réalisatrice elle-même dit avoir été influencée par Baccalauréat de Cristian Mungiu. Il semble qu'une nouvelle vague ukrainienne de jeunes réalisateurs est en train de naître sous nos yeux, et qu'elle fait honneur au pays qu'elle représente dans les festivals de cinéma internationaux.

How is Katia? a été produit par Evos Film.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy